AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fiche : Here !
Journal de Bord
RP : Une rencontre secrète [Aliénor]
Pour que demeure le secret[Svan'Hilde]
Messages : 26

MessageSujet: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Dim 25 Juil - 13:37

Des lueurs ambrées dans le ciel noir du territoire elfique annonçaient l'aube toute proche. Une silhouette se découpa à contre jour sur les tons roses et orangés. Un elfe à cheval, qui sortait d'Isydia. Thalia Fariliel, drapée de la tête aux pieds d'une cape légère et d'un gris nacré, prenait la route d'Elvénia. Comme de coutume, elle montait Hydromel, fort satisfait de galoper à une heure encore fraîche. Cependant, ils s'éloignèrent de la cité au petit trot pour ne pas attirer les regards. Ce voyage devait rester secret. Lorsqu'enfin ils furent à couvert des arbres, Thalia donna une légère pression des cuisses à Hydromel, et celui-ci sut qu'il pouvait s'engager dans le galop régulier qu'il affectionnait tant.

La veille au soir, Thalia était rentrée à Isydia, fourbue, et avait espéré se reposer un peu dans ses quartiers. Mais en entrant chez elle, elle avait trouvé une lettre. Avec un mauvais pressentiment, elle avait fait sauter le cachet et avait déplié le parchemin. Il disait ceci :


"Madame,

Malgré l'avertissement que nous vous avons envoyé sous la forme du médaillon des Fariliel, vous ne semblez guère décidée à cesser vos complots contre la couronne avec les Renégats. C'est pourquoi nous nous voyons dans l'obligation de vous contraindre à vous écarter du pouvoir.
Nous vous demandons d'abandonner votre poste de conseillère royale, dont vous n'êtes pas digne étant donné que vous êtes une traitresse. Si vous refusez, vos agissements seront révélés dès lors qu'un nouveau roi aura accédé au trône, et croyez bien que nous possédons les preuves de vos traitrises. Votre honte sera publique et votre fin probablement douloureuse.
Par ailleurs, sachez que le silence n'est guère gratuit pour les fourbes de votre espèce. Si vous désirez être certaine de votre sécurité, en plus d'abandonner votre poste, nous vous demandons de nous livrer en or le montant de votre rente annuelle de conseillère. Pour se faire, nous vous donnons rendez-vous dans deux jours à l'Auberge de Neptune.

Un serviteur de la couronne."



Pour la première fois depuis des décennies, Thalia avait senti les larmes lui monter aux yeux. Ce message la décrivait comme une criminelle, une elfe sournoise qui tentait de renverser le pouvoir. Comme cela était faux ! Elle ne vivait que pour le bien de son peuple, et cherchait à le faire changer de direction dans le seul but de l'unir pour le rendre plus fort contre les races inférieures.
Mais je ne peux le nier, songea-t-elle, il y a un fond de vérité dans cette missive. Même si cela me fait horreur, il est vrai que j'agis en traître pour tenter d'atteindre mes objectifs. Et cela doit rester absolument secret.
Elle avait ravalé ses larmes et décidé d'éliminer son maître chanteur.

C'est pourquoi elle chevauchait à présent en direction d'Elvénia. La cité cachée au milieu des bois abritait un bon nombre de Renégats, contrairement à Isydia. Et c'était évidemment vers eux qu'elle se tournerait. D'une part parce que si l'assassin qu'elle embauchait venait à découvrir le but de l'assassinat, il valait mieux qu'il soit de son côté. D'autre part parce qu'il n'existait que peu d'assassins chez les royaux. Ils étaient trop pacifistes pour accepter de tuer pour de l'argent. Les Renégats avaient au moins le sens des affaires.

Le froid était glaçant dans la forêt, car le soleil n'avait pas encore fait son œuvre. Emmitouflée dans sa cape, Thalia se serrait contre l'encolure du cheval et le guidait de pressions aussi légères que des caresses. Comme souvent, ils voyageaient hors des sentiers pour ne croiser personne – bien qu'il fut de toute façon rare de faire des rencontres à cette heure. Ils galopèrent quelques heures entre les arbres. Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, la lumière pénétrait la voûte végétale et le temps se réchauffait. Thalia défit les liens serrés de sa cape et laissa ses pans nacrés voler derrière elle, sans toutefois ôter sa capuche.
Enfin, elle sentit qu'elle approchait d'Elvénia. Elle fit tourner Hydromel sur leur gauche et ils débouchèrent sur la route forestière qui menait à la cité elfique. Il y avait déjà des allées et venues, des elfes commerçants ou de simples voyageurs, et Hydromel fut contraint de ralentir. La route, jusqu'alors entourée d'épais feuillages, débouchait brusquement sur une énorme clairière parsemée d'arbres massifs et clairsemés. Sur leurs flancs, dans leurs branches, jusqu'à leurs cimes, était construite la cité de bois. A chaque fois qu'elle arrivait ici, Thalia avait un pincement au cœur en songeant au ravage que ferait un incendie humain dans un si beau lieu. Elle descendit d'Hydromel et le mena vers un abreuvoir où paressaient déjà d'autres chevaux. Elle lui ôta son harnachement et le laissa aller libre. Elle savait qu'il serait toujours là à son retour : c'était un cheval fidèle, et les elfes ne sont pas des voleurs.

Thalia leva ensuite les yeux vers la cité perchée sur les arbres. Elle chercha du regard l'une de ces auberges où viennent manger les Renégats. Le soleil approchait de son zénith, donc quelques uns devaient déjà être attablés. Elle aperçut une bâtisse qui semblait en équilibre sur les branches d'un gros chêne. "Taverne de la Lame Bleue" annonçait la pancarte. Probablement une référence à l'épée de Nogward, commenta Thalia pour elle-même. C'est de bon augure. L'elfe sauta d'un pas leste sur l'une des échelles qui menaient aux hauteurs, et rejoints l'un des ponts suspendus qui balançaient continuellement sous le pas des habitants et le souffle du vent. En quelques pas, elle atteint la taverne.
A l'intérieur, quelques elfes étaient effectivement occupés à déjeuner. Une douce odeur de potage flottait dans la pièce faiblement éclairée. Les fenêtres étaient toutes petites et on n'avait allumé aucune bougie, si bien que les visages se distinguaient mal. Ce qui convenait parfaitement à Thalia, qui garda tout de même sa capuche. Elle commanda un faisan en sauce, s'assit à une table tout au fond de la pièce et attendit. Quelque chose lui disait que si son assassin venait à entrer, elle saurait au premier coup d'œil que c'était le bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche : Qui suis-je ?
Localisation : Cité d'Elvénia
Messages : 18
Age : 28

MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Dim 25 Juil - 16:59

Elle n'était pas matinale. La jeune assassine aimait trainer au lit, la tête enfouie dans une multitude de coussins. Chaque matin, elle peinait à sortir de ses draps si chaud et réconfortant. Et ce matin n'avait pas fait exception, ce fut avec pénibilité qu'elle s'extirpa de son lit et se traîna devant sa commode où reposait sa petite bassine de toilette. Elle prit la cruche qui contenait de l'eau froide pour en verser dans la bassine. Elle se mouilla le visage qu'elle essuya négligemment avec un chiffon qui reposait non loin de là. Elle retira sa chemise de nuit et se présenta devant la lucarne. Légèrement sur la pointe des pieds, elle pouvait observer l'horizon qui était d'un bleu éclatant. Elle soupira, elle était en retard. Elle ne pourra profiter du petit déjeuner. Dommage aujourd'hui il y avait des croissants -l'un des pêchés mignons de Svan'Hilde. Elle soupira à nouveau avant d'enfiler son pantalon noir et sa chemise blanche, qu'elle rehaussa d'un veston de cuir de petite facture. Elle noua ses cheveux épars en deux tresses fines puis les rassembla sous son chapeau préféré : une espèce bonnet noir avec deux pochettes décoratives bleutées. Elle noua son ras de cou serti d'une pierre bleu avant de passer ses bottes haute et d'enfiler sa cape brune.

Il faisait froid dehors, malgré la présence du soleil. Elle bailla négligemment puis respira un bon coup, histoire de profiter de l'air frais que lui offrait la nature. Cela était son petit rituel. Chaque jour, elle bénissait Sho'Naal et les dragons pour ce cadeau qu'était leur monde, bien que ce derniers soit peuplés d'ignobles et répugnants humains et d'elfes royalistes qui ne comprenaient en rien la noble cause que soutenait Féwyn et les renégats. Sa jolie bouille grimaça puis elle entama une marche rapide. Sa demeure était située à l'opposé du lieu de rendez-vous. Le commanditaire de la jeune elfe était une elfe très importante et haut placée chez les royalistes. Cependant, il s'avérait qu'elle était partisane de la paix et que les renégats semblaient s'y intéressait de près. Svan'Hilde ne savait rien d'elle, juste qu'elle serait vêtue de blanc, une couleur qui ne passerait pas inaperçue ici.
Malgré l'heure et le froid qui régnait dans la forêt d'Elvénia, les rues étaient en pleine effervescence. L'assassin aimait les bains de foule, rien de tel pour pouvoir être discrète. Le lieu du rendez-vous n'était autre que la "Taverne de la Lame Bleue", Svan connaissait ce lieu et y était toujours très bien accueillis. Les gérants étaient de bons elfes partisans des renégats. Elle ne craignait donc pas pour son anonymat et pouvait même espérait manger à l'œil une bonne pâtisserie. Elle salivait déjà. Elle bifurqua sur la droite et grimpa une autre échelle. La dernière pour atteindre la dite taverne. Elle se permit, le temps d'un instant, d'observer le soleil qui offrait généreusement ses rayons réchauffant sur la cime des arbres les plus hauts. La taverne était l'une échoppe de la ville établie très haut.
Le dernier barreau de franchit, elle s'épousseta puis remit d'aplomb sa cape brune avant de passer la porte de la taverne avec flegme. La porte grinça à son entrée puis se referma bruyamment. Bon pour la rentrée discrète, on repassera... Se dit-elle. Elle détacha sa cape puis l'accrocha au porte-manteau assigné à l'entrée puis alla s'installer au comptoir afin de saluer les gérants occupés. Elle aimait bien les enquiquiner alors qu'ils étaient débordés.

" Bonjour Thiridäl !"

Un elfe à la chevelure grise suspendit son geste et la regarda de près. Il était myope et avec l'âge, cela empirait. Svan'Hilde pencha la tête sur le côté et lui offrit un immense sourire. Il reposa son verre propre puis soupira avant de lui servir une bolée de cidre brut avant de disparaître en cuisine. La jeune elfe perdit son sourire puis regarda autour d'elle. Pas d'habits blancs dans la salle. Elle se tourna, posant un coude sur le comptoir et de l'autre main, sirote son cidre. Son regard ne quittait pas la salle et elle observait chaque client. Que des habitués, pas une seule étrangère. Elle n'était donc pas si en retard que cela. Quoique, cela n'était pas si étonnant, Isydia n'était pas tout près et si sa commanditaire était quelqu'un de connu, il lui fallait être discrète et vigilante. Elle pouffa dans son verre et pris une autre gorgée. On déposa à côté d'elle, une petite panière contenant des croissants bien chauds. Svan les fixait avec envie et gourmandise. Elle zieuta à droite à et gauche et piocha rapidement dans la panière avant d'engloutir avec reconnaissance le trésor. Elle se prit un coup de plateau sur le haut du crane puis aperçu une elfe habillée d'une robe verte et d'un tablier tâché. Svan se mit à rire nerveusement devant la moue réprimande de la tenancière.

"- Svan ! Si tu as faim, tu le dis mais ne te sers pas toute seule.
- J'ai cru que c'était pour moi ! Tu l'as posé à côté de moi
- Ce n'est pas une raison ! Mauvaise fille"


La tenancière, répondant au nom d'Illithiel, lui tirait la joue de façon maternelle avant d'aller servir le reste de la clientèle. Svan reprit un croissant, oubliant la réprimande. Elle enfourna sa dernière bouchée quand la porte s'ouvrit à nouveau. Une elfe aux allures nobles franchit le pas de la porte, laissant entrer avec elle la chaleur amoindrie du soleil. Elle avait de longs cheveux noirs et portait une cape blanchâtre. Svan'Hilde sourit et lui laissa le temps de s'installer. Illithiel alla à sa rencontre et pris sa commande. L'assassin se faufila vers les cuisines et se proposa de servir l'étrangère, les tenanciers comprirent de suite et la laissa faire, reconnaissant d'une certaine manière.

Plateau en main, l'odeur du faisan gorgé de sauce la fit saliver mais son professionnalisme la rappela à l'ordre. Avec délicatesse, elle déposa la nourriture sur la table, avant de s'installer devant sa commanditaire, avec un immense sourire.

" Excellent choix ! La patronne cuisine le faisan comme personne. Je vous conseille aussi la tourte de lièvre aux groseilles ! Un délice"

Svan'Hilde plaça sa tête sur ses mains et sourit à l'étrangère, curieuse de voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche : Here !
Journal de Bord
RP : Une rencontre secrète [Aliénor]
Pour que demeure le secret[Svan'Hilde]
Messages : 26

MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Dim 25 Juil - 23:45

Le délicieux fumet du faisan atteint les narines de Thalia avant qu'elle n'en voit la couleur. Elle fouilla la salle des yeux pour apercevoir le plat qui arrivait à sa rencontre. Elle se rendit compte qu'elle mourrait de faim. Mais elle devait rester vigilante pour repérer l'assassin...
Trop occupée à détailler les personnes qui entraient, elle n'accorda pas un regard à la personne qui la servait. Jusqu'à ce que celle-ci prenne la parole.

- Excellent choix ! La patronne cuisine le faisan comme personne. Je vous conseille aussi la tourte de lièvre aux groseilles ! Un délice.

Thalia tourna brusquement la tête et aperçut, assise face à elle, une jeune elfe au regard bleu perçant et à l'air pour le moins espiègle. La noble dame fut d'abord surprise de l'audace de cette curieuse serveuse – qui n'en était pas une, à en juger par sa tenue d'homme – mais elle se rappela à elle-même qu'elle n'était pas à la Cour et qu'ici, on ne s'encombrait pas de cérémonies. Tout en se faisant cette réflexion, son esprit détaillait la jeune femme, notait les muscles qui gonflaient les manches de la chemise et l'œil vif qui l'observait. C'était son assassin.
Thalia ôta son capuchon. Dans cette ambiance bonne enfant, et avec cette lumière faible qui conférait à la pièce un côté intime, elle ne se sentait pas exposer aux regards dangereux. Et puis cette jeune elfe a l'air jovial semblait si détendue, il n'y avait guère à se méfier dans cette taverne ! Cela fait, elle se saisit de ses couverts et découpa d'un geste précis une tranche de faisan. Elle la porta à sa bouche et savoura le liquide crémeux qui éveillait ses papilles et coulait vers sa gorge. Elle prit le temps de finir sa bouchée avant de déclarer :

- Ma foi vous avez bon goût mademoiselle, ce faisan est excellent. On n'en fait guère d'aussi bons à Isydia, ou alors je ne connais pas les bonnes adresses.

Elle crut percevoir un éclair de gourmandise dans le regard de son interlocutrice.

- Si vous avez faim, servez-vous...

Thalia avala encore quelques bouchées pour calmer sa faim. Parler affaire le ventre vide n'était pas dans ses habitudes. Se faisant, elle jeta des regards autour d'elle. Sa méfiance ne la quittait jamais très longtemps. Déjà, à sa façon de manger délicate et cérémonieuse, ses voisins semblaient avoir compris qu'elle était de sang noble et se tenaient plus raides sur leurs chaises. Les nobles étaient le plus souvent des royaux... Elle espérait ne pas passer pour une ennemie. En tout cas, la jeune elfe qui lui faisait face semblait savoir qu'elle était de leur côté, ce qui la réconforta.
Son ventre se satisfit enfin de ce qu'il avait à digérer. Elle posa alors sa fourchette et plongea une main dans les larges plis de sa cape grise. Elle en sortit la missive. L'avoir entre ses doigts était un sentiment désagréable, comme si la menace brûlait sa peau à travers le parchemin. Elle leva la tête vers l'assassine, pour se rassurer une dernière fois sur son identité. Oui, pas de doute, c'était elle. Sans plus de cérémonie, Thalia expliqua :

- En parlant d'Isydia, il y a quelqu'un là-bas qui en sait trop à propos de mes affaires personnelles. J'aurais besoin qu'il se taise.

Elle allait tendre la lettre à la jeune elfe, puis brusquement se ravisa. Elle avait trop manqué de prudence ces derniers temps, il ne fallait pas refaire les mêmes erreurs. Le message contenait beaucoup d'informations, cela pouvait la desservir que quelqu'un d'autre la lise. Elle voulait d'abord être sûre d'avoir en face d'elle une personne digne de confiance. Et malgré la sympathie que lui inspirait son interlocutrice, rien ne prouvait qu'elle serait à la hauteur de la mission, ni qu'elle tairait ce qu'elle savait.

- Croyez-vous pouvoir m'arranger ça ?
Demanda Thalia d'une voix méfiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche : Qui suis-je ?
Localisation : Cité d'Elvénia
Messages : 18
Age : 28

MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Mer 28 Juil - 18:19

"Bien sur que c'est bon ! Vous savez, vous devriez être moins méfiante" fit elle plus bas. "Ici, vous n'avez rien à craindre... enfin, essayez de paraître moins méfiante, moins noble et cela pourrait être suffisant."

Elle attendit que son interlocutrice finisse de manger. Bien que cette dernière lui en ai proposé, Svan refusa, elle venait d'engloutir deux croissants bien chaud et plein de beurre. Elle s'installa confortablement sur sa chaise, coude appuyés sur le dossier et elle scruta sa commanditaire. Belle, grande et gracieuse. Elle avait tout d'une elfe de sang pur. Pourtant Svan'Hilde en était une aussi. Peut être était-ce dû à leur passé, leur éducation. Cette femme ne semblait pas être née roturière. Tout en elle, jusque dans ses gestes, transpirait la noblesse. Bah ! Après tout, tout le monde ne pouvait être noble. Ca serait un sacré chantier, surtout que par l'intermédiaire de ses missions, Svan était écœurée par ses nobles qui s'entretuaient constamment. Enfin, grâce aux services d'assassins. Svan n'était pas friande de ce genre de mission. Elle espérait avoir une missive à faire parvenir. Son interlocutrice reposa ses couverts, comme repu après un long repas, avant d'engager la discussion.

- En parlant d'Isydia, il y a quelqu'un là-bas qui en sait trop à propos de mes affaires personnelles. J'aurais besoin qu'il se taise.

Et bien, voilà Svan... tes peurs sont confirmées... Bah cela me permettra de me dégourdir. Pensa t'elle.

Elle tenta de lui tendre une enveloppe, surement une missive qui la menaçait. Mais elle suspendit son geste. La méfiance devait la faire agir. Et Svan'Hilde ne pouvait que le comprendre. Elle était en territoire ennemi malgré tout, même si elle paraissait jouer double-jeu. L'assassine secoua la tête avant de lui répondre.

" N'ayez crainte. Je n'ai pas besoin de cette lettre. Je peux vous arranger cela, mais ça ne sera pas gratuit. J'ai beau travailler pour notre chef, j'ai besoin de vivre à côté, et faire vivre notre organisation. Vous comprenez ?"
Elle laissa sa question en suspend afin de lui laisser le temps de réfléchir. Mes services ne sont pas les plus chers. Milles pièces d'argent par tête. Cela est-il cher payer pour sauver la votre ?"

Svan'Hilde savait qu'elle ne devrait pas s'adresser ainsi a cette Dame, mais c'était plus fort qu'elle. Elle aimait chercher la petite bête à tout le monde, jusqu'à s'en mordre les doigts. Bah, elle aurait bien le temps de le regretter plus tard. Elle releva un sourcil et fixa l'elfe d'Isydia avec une pointe de provocation dans son sourire.

"Donnez moi le nom de ce chanteur, que je puisse le remettre en place en lui chantant une douce sérénade avec une douce mélodie qu'émettent les cordes d'un luth."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche : Here !
Journal de Bord
RP : Une rencontre secrète [Aliénor]
Pour que demeure le secret[Svan'Hilde]
Messages : 26

MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Jeu 29 Juil - 12:53

Lorsque l'assassine prévint que le travail serait payant, Thalia n'en fut guère surprise. Elle avait croisé beaucoup d'incapables qui réclamaient de l'argent à corps et à cris. Ainsi, qu'une personne manifestement apte à remplir sa mission demanda une rétribution était pour elle la chose la plus naturelle du monde. Ce furent les paroles suivantes qui l'ébranlèrent.

- Milles pièces d'argent par tête. Cela est-il cher payer pour sauver la votre ?

Thalia considéra le visage souriant et provocateur qui lui faisait face. Qui était donc cette jeune elfe pour lui parler ainsi ? En d'autres circonstances, la noble dame eut été furieuse, elle aurait probablement fait renvoyer l'importun sans ménagement. Mais pas cette fois. D'une part, elle savait n'avoir aucun pouvoir en ces terres, bien que sa noblesse eut dû forcer le respect. Ici, on était chez les Renégats, et bien qu'elle s'efforça d'être leur alliée, elle n'était pas des leurs. Et d'autre part, étrangement, elle ne se sentait pas offensée par les dires de la jeune elfe ; simplement surprise. Son interlocutrice avait l'air si sûre d'elle et vive d'esprit que ce qu'elle disait ne paraissait pas une insulte, mais simplement une remarque qui ferait réfléchir Thalia.
Milles pièces d'argent pour sauver sa vie. Il semblait dérisoire de verser des écus – dont elle ne manquait guère – pour avoir la vie sauve. Non, même pas la vie ; l'honneur sauf. Car si son maître chanteur parlait, elle serait humiliée devant toute la cour, et perdrait toute la dignité acquise pendant ses années de conseil auprès du Roi. L'honneur s'achetait-il réellement ? Soudain, elle se dégoûta elle-même d'être ici, à embaucher quelqu'un pour protéger son misérable secret, son alliance, sa trahison envers les royaux. Pourquoi fallait-il qu'elle agisse toujours dans le secret ? Elle aurait tant voulu pouvoir clamer haut et fort son désir de voir le peuple elfique réuni contre les Humains ! Mais sans nul doute, elle aurait été évincée du pouvoir, et n'aurait plus eu aucune influence sur la couronne. Tandis qu'en se forçant à la fourberie, elle avait au moins une chance, même infime, de faire évoluer les choses. Infime...

Thalia reporta son attention sur l'assassine. "Mes services ne sont pas les plus chers." Non, effectivement. A Isydia, on payait aussi cher pour de menus services bien moins graves que d'ôter la vie. Il semblait à Thalia qu'il fallait un grand courage pour tuer, non pas parce que c'était dangereux, mais parce qu'il faudrait vivre à jamais avec l'ombre du remord qui plane au-dessus de la tête, avec sur les mains cette trace invisible qui ne s'efface jamais. Thalia n'avait elle-même tué qu'en position de défense, et ne considérait son acte que comme un service rendu à autrui ou à sa propre personne, puisqu'elle n'avait fait que tuer pour protéger. De plus, ses victimes étaient toujours des Humains ou des Lycans : des êtres dont la vie ne nécessite pas qu'on la respecte, car ce n'est pas Dame Nature qui l'a créée. Mais assassiner l'un des siens... Elle scruta le visage de la jeune elfe. Elle devait avoir deux cents ou deux cents cinquante ans tout au plus, et un visage doux qui, malgré son impertinence, ne reflétait nulle trace de sauvagerie ni de violence. Il semblait injuste à Thalia de l'obliger à tremper ses mains dans le sang. Ne sois pas sotte, songea la noble. On ne peut guère juger sur les apparences, et si cette elfe a choisi le meurtre, ce n'est certainement pas un hasard. Néanmoins, elle répondit :

- Je vous donnerai sept cents pièces aujourd'hui même, et sept cents autres une fois le travail accompli. Je pense qu'un tel travail mérite une meilleure rétribution que celle à laquelle vous prétendez.


Elle avait parlé de cette voix autoritaire qu'elle prenait désormais malgré elle, sur un ton qui n'admettait pas la réplique. Elle ajouta, à voix plus basse :

- L'elfe que vous devez tuer m'a donné rendez-vous demain à l'auberge de Neptune. J'ignore son nom, et à quoi il ressemble. Si c'est nécessaire, je peux vous accompagner : s'il me voit, il viendra vers moi, et vous pourrez l'identifier.

Thalia était elle-même curieuse de connaître le visage de son maître chanteur. Peut-être le connaissait-elle ? Il y avait tant de gens qui fouinaient et trahissaient dans la cour du Roi. Maintenant qu'il n'était plus là, les royaux se divisaient et se chamaillaient pour des broutilles, quand ils auraient dû rester unis dans le deuil. Pourvu que l'on trouve vite un nouveau dirigeant. Et pourvu qu'il ait les mêmes desseins que moi...
Elle se força à ne pas plonger dans ses radotages sur le pouvoir, et attendit la réponse de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fiche : Qui suis-je ?
Localisation : Cité d'Elvénia
Messages : 18
Age : 28

MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   Ven 10 Sep - 23:39

- Je vous donnerai sept cents pièces aujourd'hui même, et sept cents autres une fois le travail accompli. Je pense qu'un tel travail mérite une meilleure rétribution que celle à laquelle vous prétendez.

Les yeux de l'assassine s'illuminèrent un bref instant. Cela était plus qu'elle ne l'espérait. Elle fixait ses honoraires sur une base amoindrie que le marché proposé. C'était façon de juger ses commanditaires. Et cette royaliste remontait dans son estime. Elle aimait l'argent, et autant lui permettrait d'aider les renégats. Avec satisfaction, elle posa ses mains sur la table et fixa la royaliste. Fixer son commanditaire quelques instants faisait parti de sa procédure. Elle observait les moindres gestes, afin de capter le moindre signe d'hésitation. Et cela ne semblait pas être le cas, puisqu'elle reprit rapidement la parole et dit à Svan qu'elle avait rendez-vous le lendemain dans une auberge particulière. Svan l'écouta avec attention et cette royaliste n'était pas froussarde, puisqu'elle lui proposait de l'accompagnait, en plus de payer cette belle somme.
Le visage de l'assassine se fit souriant et avec sérieux elle répondit, enfin, à son interlocutrice.

"- Vous êtes bien généreuse, pour une royaliste. Soit, j'accepte ce mode de paiement, et cette somme. Quand au fait que vous m'accompagnez, de façon discrète j'entends, n'est pas une mauvaise idée en soi, si vous ne redoutez point de perdre votre vie. Mais si cela n'était pas le cas, vous ne feriez pas appel à mes services." L'assassine prit une gorgée de cidre puis reposa son verre délicatement avant de reprendre. "Soit, accompagnez moi, désignez moi votre maitre chanteur mais l'instrument que je suis restera dans l'ombre et n'agirai seulement quand j'en jugerai bon. A part aujourd'hui, nous ne devrions jamais nous afficher en public ensemble. Est-ce bien clair ? Pour votre propre sécurité, et pour la mienne également."

Svan'Hilde croisa les jambes puis reprit une gorgée de cidre avant de faire signe aux tenanciers un autre service. Les propriétaires connaissaient ses habitudes et quelques instants après se trouvait devant elle une part de tarte aux pommes et une bolée de cidre fraîche. Elle les remercia avec un immense sourire et proposa un verre à sa noble commanditaire.

"- Bien sur, mon plan n'est pas encore tout à fait élaboré, mais il prend de l'ampleur au fil des secondes. Si vous avez un commentaires, ou une autre idée, je suis toute ouïe. Mais gardez à l'esprit que si votre entrevue avec votre ennemi tourne au vinaigre, je ne vous sauverais pas. Vous me payez pour faire taire un seul homme, mais si ce petit malin vient accompagner, sachez que je n'interviendrais pas tant qu'il ne sera pas seul, et encore moins en public. Enfin cela va de soi..."

Elle enfourna une bouchée de sa tarte avec bonheur.

[Hrp : Désolée pour l'attente ! et la médiocrité]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour que demeure le secret [PV Svan'Hilde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disgrace of Chaos :: Evlénia-