AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vode de Querra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 25

MessageSujet: Vode de Querra   Lun 5 Juil - 21:59

• Vode De Querra •

▬ Identité
    Nom : De Querra
    Prénom : Vode
    Âge : 39 ans
    Race : humain
    Camp : le sien
    Métier/Classe : roi


▬ Un peu plus de précision
    Psychologique : Il arrive parfois qu’un conte explique bien mieux un caractère, qu’une liste d’adjectifs sans saveurs. Voici donc le conte du miroir, écoutez et apprenez. Apprenez la souffrance d’un homme et les horreurs d’un monstre. Pleurez pour lui si votre cœur est assez bon, mais surtout n’oubliez pas de le craindre…

    Il était une fois un roi qui n’était que Ténèbres. Un roi que l’on ne pouvait regarder dans le blanc des yeux car la noirceur était partout en lui, et nulle tâche de lumière ne venait égayer son apparence. On raconte que l’organe lui servant de cœur était caché sous un nid de serpent, là, tout au fond de sa poitrine. Et chacun des reptiles avait un nom : Hypocrisie, jalousie, haine, traîtrise…
    Dans ses yeux étaient les reflets de toutes ces toiles d’araignées aux murs du château. Les toiles avaient envahi son esprit, ses rêves et sa vision, ne lui offrant désormais plus qu’un monde de stratégie et de manipulation.

    Hors, ce roi se devait de régner sur son royaume. Mais il ne pouvait se présenter devant les sujets ainsi. Alors il alla se regarder dans un miroir, et parla à son reflet « Il te faut sortir du château à ma place et être moi sans l’être pour autant…. Tu viendras me tourmenter chaque soir, car cela est inéluctable, mais les gens du peuple auront un visage fiable pour les gouverner ? Toute chose se paye d’un prix ».
    Aussi lumineux que le roi était ténébreux, le reflet sorti. Ses habits resplendissaient plus fort que la lumière de tous les soleils réunis et à ses épaules étaient deux corbeaux : Sagesse et Justice. Fidèle gardien de cette bonté fictive, marchait à ses côtés le chien générosité.
    Le roi restait seul dans la plus haute tour de son château, à fomenter bien des plans pour le royaume, que le reflet appliquait en se faisant aimer de tous.
    Chaque fois que le roi regardait le miroir, il voyait le reflet se faire accueillir par les vivats de la foule et vivre une vie heureuse en compagnie d’une reine et d’un prince. Et, comme sa prophétie l’avait dit, cela tourmentait encore plus son cœur malade. Un jour, le roi tuera le reflet. Car le roi n’est qu’un homme et toute maîtrise des émotions ne peut être éternelle…

    Ainsi est Vode, une pièce à double face. Un roi bon, un époux aimant et un père fier lorsque le jour est levé, un être avide de haine, de vengeance et de meurtre lorsqu’il n’y a plus qu’à la nuit qu’il peut désormais offrir son visage. Vode est humain et non statue de pierre, son cœur bat comme tous les autres et, aussi bien que le commun des mortels, des émotions l’étreignent. L’amour qu’il peut porter à sa reine est véridique et, tout père aime son enfant malgré tout. Mais un cœur malade s’aveugle bien vite face à de telles choses…
    Ce n’est pas là deux personnalités différentes, mais un seul et même homme noyé dans une solitude et une rancœur bien trop amère pour être bue jusqu’à la lie et, enfin, pardonnée.
    Il n’y a que quelques émotions pour relier ces figures. Quelques émotions qu’elles partagent toutes deux : l’arrogance, puisque ainsi sont les rois, le sens des responsabilités car tout choix implique un fardeau à porter et une impulsivité forte. Une impulsivité qui, sous son visage sombre, le fait de plus en plus foncer dans le mur, l’aveuglant et l’empêchant de voir ses erreurs par une fierté trop grande, mais qui, lorsque la Sagesse le prend pour avatar, le fait passer pour honnête aux yeux de ses gens, avec des émotions qu’il ne peut cacher.

    Avilissement même de l’être humain, Vode n’est en rien une perfection. Non, juste une déchéance qui ne parvient même pas à vivre. Qui est-il, qui est le roi sous l’armure et le sourire sous la barbe ? L’ambition, il est l’ambition, la soif de pouvoir mais surtout, la soif de haine.

    A chaque homme sa manière à lui de se sentir vivant…
    A chaque homme, son enfant perdu tout au fond de lui. Un enfant trop jeune, trop impressionnable et qui ne peut grandir, un enfant qui croît en même temps que toute peur, plus sournois que n’importe quel cancer…

    Physique :
    Il était une fois un roi qui n’avait pas de vrai visage. Il était une fois, un roi créé de toute pièce… Connaissez vous le conte du tableau maléfique ? Un homme fit peindre un portrait tellement réussi de lui-même, qu’il passa pacte avec des forces obscures afin que son corps soit toujours semblable au tableau en cet instant. L’homme restait éternellement jeune, le tableau pourrissait, ployant sous le poids des péchés de son modèle. Vode aussi a passé un pacte, mais avec sa folie… Il sait qu’il ne doit pas se ressembler, sinon rien ne peux marcher, alors il s’est fait à l’image qu’ont les gens d’un roi parfait, autant physiquement que mentalement.

    Un roi se doit de ressembler à ses terres, ainsi son visage long et pâle porte en lui la froideur du vent du nord, celui qui vient mortel et rapide, alors que l’hiver arrive. Une dureté de pierre pour les traits royaux, car tout ne fut que cela au départ : pierres et roches épars. Certain le trouvent beau, il n’en est rien. Ce n’est pas du sang de paysan qui coule dans ses veines, mais l’encre bleue la plue pure, celle qui permet d’écrire l’histoire. Il est noble parmi les nobles, entraîné aux armes depuis son plus jeune âge, ses muscles ont eu le temps d’apparaître et de proportionner son corps. Guerrier ayant eu accès aux armures résistantes et complètes, aucune cicatrice grossière ne couture son visage.
    Son visage… Des yeux noirs, bien trop noirs pour quiconque doit en supporter le regard. Mais nul n’a à regarder un roi droit dans les yeux… Que peut-il donc se cacher dans des petites flaques de ténèbre ? Tous les péchés du monde, parfois aussi quelques qualités, mais si peu…. A moins que l’on ne veuille les voir, tout simplement ?

    Une légère barbe pour ombrer les joues et cacher les sourires. Un père ne devrait pas avir de barbe car les poils drus piquent les enfants. Vode n’est pas un père, Vode est un roi. De noble stature, il n’a aucun signe physique particulier, juste une apparence de statue altière, voilà tout.

    Car tel est son secret, Vode s’est fait à l’image des statues de lui qui un jour peut être, orneront plus que son royaume si son envie de conquête réussit. Enfin, peut être est-ce le pire, Vode est surtout à l’image du gisant qui un jour, ornera son tombeau. Homme fort, guerrier, golem de chair et de sang, regardez donc ces pieds, à cet homme fier et plein de pouvoir ! Ne voyez vous pas ?
    Oui, bien sûr…Il n’est qu’humain et ses pieds sont d’argiles, prêts à le faire s’écrouler sur lui-même.

    Votre passé :

    De ses jeux d’enfants, Vode se souvient surtout des défaites cuisantes infligées par son aîné. Même alors qu’ils étaient trop jeunes pour se haïr, l’enfant détestait ce grand frère trop idiot et trop fort selon lui. Ainsi sont les frères, à se connaître sans vraiment s’aimer et ainsi sont les princes : voués de manière inéluctable à se haïr un jour ou l’autre dans une société trop brutale pour que la fraternité du sang soit supérieure à la fraternité des armes.
    Tous deux, ils jouaient à la guerre. Ce n’était pas leur jeu préféré, juste celui qu’ils faisaient le plus.
    Vode accusait son frère de n’avoir point d’honneur. Il ne savait pas exactement ce que ses propres mots voulaient dire, juste que c’était là une grande insulte pour quiconque se veut héritier des règles de la chevalerie. C’est vrai quoi, selon lui Saeld frappait bien plus son poignet que l’épée en bois. L’épée qui à chaque fois volait pour atterrir dans la poussière. Un jour, il serait capable de le battre, un jour Saeld subira une telle défaite qu’il pleurera comme un bébé !

    Telles furent les années de son enfance. Coincé dans son statut de fils cadet, Vode s’était persuadé –à tord ou à raison, nul ne le sait car aucune histoire ne peut être réécrite- que Saeld ne pouvais être surpassé. Parce qu’il était l’aîné, l’Aîné avec un A majuscule, même. Celui sur qui repose tous les espoirs et qui y répond. Lui, il voulait pas être Aîné, il voulait être fils unique.
    Son frère ne pouvait être battu, mais son frère pouvait être humilié une fois, rien qu’un fois oui… Une humiliation tellement grande que même les nombreuses défaites qu’il infligerait à son cadet par la suite, ne saurait l’effacer. Voilà le rêve d’enfant de Vode…

    Ils grandirent dans cette concurrence dans cet esprit. Cependant ils étaient frères malgré tout et, alors que les jeux de pouvoir n’étaient encore que des jeux d’adultes, pouvaient quelque fois nouer une vraie relation de frères. Ainsi, lorsque Saeld décida de mettre au point une nouvelle passe d’arme, il n’en parla qu’à Vode, et c’est sur Vode qu’il s’exerça une journée entière. Lorsque le mouvement fut parfait (aussi parfait que peut l’être un mouvement guerrier établi par un enfant), ils partagèrent la même fierté. Souvenir d’enfants bien vite oublié…

    Un prince est amené à devenir roi.

    A la mort de leur père, ils cessèrent d’être frères et devinrent ennemis. Le royaume se déchirait sous leurs coups, chacun refusant de ployer, de mettre ne serait-ce qu’un genoux à terre. Toute réconciliation semblait impossible et pourtant…

    Pourtant ils marchèrent côte à côte, le temps d’une dernière campagne. Son aîné ne lui lança qu’une seule phrase :

    « Quel effet cela te fait-il donc, de tirer l’épée avec et non contre moi ? »

    Vode l’intrépide, Vode le trop impulsif, le trop jeune, avait seulement secoué la tête et éperonné son cheval.

    « Gardons les réconciliations lorsque l’un de nous sera sur son lit de mort. Finissons cette affaire et reprenons notre querelle ! »

    Saeld était bon chef de guerre, il avait été élevé pour la victoire. Vode ne doutait pas de celle –ci. Et puis…son frère était imbattable ! Au fond, il était un peu fier de combattre avec lui. Juste un peu… Regardez donc le splendide sang des De Querra, un sang qui jamais ne se répand mais toujours, fait couler celui des autres !

    Mais leur ennemi était Autre… Pas Humain, pas vraiment. Pas du tout aux yeux du jeune prince… Et ce qu’il vit ne peut être décrit. Des coups il en prit, des blessures il en eu, mais celles de l’âme étaient bien plus empoisonnées encore que celles du corps. Saeld aussi ployait, Saeld aussi perdait.
    Mais Saeld n’avait pas à perdre, toute sa vie durant il avait eu pour son petit frère, le visage de l’adversaire parfait. Voilà qu’il perdait toute essence divine à ses yeux, n’était plus qu’un simple humain soumis aux aléas de la vie et capable de crever comme un chien comme tout un chacun.

    Cette bataille, ils la perdirent. Leur lutte fraternelle, ils ne la reprirent pas. Digne et puissant malgré sa défaite, Saeld l’exila. Les terres dans lesquelles il voulu le confiner, lui promettait une mort certaine.

    Vode voulait vivre, vivre et régner. Avec ses gens, ils reconstruirent le château et cultivèrent les quelques terres où cela était encore faisable. Le temps passait, peu à peu il fut capable de se faire une armée. Un petit peuple élevaient les bêtes et récoltaient les semailles, Vode n’eut bientôt plus qu’un simple pouvoir militaire sur quelques soldats, mais bel et bien un pouvoir royal sur toute une société qui s’organisait. Il vieillissait. Il vieillissait sans grandir, comme un enfant boudeur, l’homme s’était caché derrière une autre personnalité. La personnalité qu’aurait du avoir son frère à ses yeux, celle qui faisait qu’on le respectait. Peut être avait-il toujours tout inventé de Saeld, de ses trop rares gentillesses à son statut de héros pour lui ? En attendant, les quelques rumeurs se propageant prêtaient à l’aîné des De Querra, de forts gros défauts. Alors Vode riait « Avec mon frère, nous avons échangé nos masques sans le savoir, il porte mon visage, et moi le sien… ».

    Son royaume gagnait en puissance, Vode taisait tous des moyens qu’il employait pour cela. Désireux de reprendre pour lui-même les terres des De Querra et de se débarrasser de Veitlan Asoed également, il concentre désormais ses jours à trouver un moyen de tuer les deux d’un seul et même coup, pour ne plus gâcher d’autres années de sa vie.


    Signes particuliers : /


[center]• En ce qui vous concerne •
    Pseudo : Nephtys
    Âge : 19 ans
    Expérience RP : longue
    Que pensez-vous du forum ? /
    Comment l'avez-vous découvert ? Double compte que l’un des grands chefs m’a autorisé à faire. Un perso comme cela donne envie d’être joué, sinon je fais déjà Galadan.
    Une remarque/critique/suggestion à nous faire ? Si je semble blablater beaucoup pour ne rien dire, dans cette fiche, c’est que j’ai essayé d’expliquer au mieux mon cheminement de pensée pour construire Vode, j’espère que cela conviendra aux admins, voilà tout

    Codes : [Codes bons]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 159

MessageSujet: Re: Vode de Querra   Mar 6 Juil - 2:49

En ta validant, je te condamne à une mort quasi-certaine.

C'est pour ça que je te valide avec grand plaisir et te souhaite bonne chance dans ton château crasseux, là où tu aurais du construire un mausolée ou plutôt une fosse commune pour entasser tes gueux avec toi.

Amuse-toi bien avec ce perso madame. : D

_________________
Celui qui se nourrit d'âmes errantes, connaîtra toujours la faim.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 25

MessageSujet: Re: Vode de Querra   Mar 6 Juil - 3:25

Sois un bon garçon, va faire un suicide en amoureux avec mon frère tiens

merci 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vode de Querra   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vode de Querra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disgrace of Chaos :: Fiches validées-