AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cavall Dan'Avnar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 8

MessageSujet: Cavall Dan'Avnar   Dim 20 Juin - 12:58

• Cavall Dan'Avnar •
(icon 100*100 ou petite image représentant votre perso)

▬ Identité
    Nom : Dan'Avnar
    Prénom : Cavall
    Âge : 32 ans
    Race : Humain
    Camp : A juré allégeance au roi Vode
    Métier/Classe : Capitaine


▬ Un peu plus de précision
    Psychologique :
    La psychologie de Cavall hein...? Comment dire...? C'est... Compliqué.
    Ou pas en fait.
    Non, d'ailleurs, c'est même très simple. Cavall n'est pas un des ces êtres torturés, à la personnalité double, cachant derrière une bonté de façade une envie terrible et insatisfaite de conquérir le monde en tuant au passage tout ceux qui qui lui rentre dedans dans la rue. Pas plus qu'il n'est du genre à sortir un tonitruant rire de psychopathe ultra-classe dès que l'occasion se présente. Non, franchement, soyons sérieux quelques instants : Les personnes normales, ça existe. Si si.

    Cavall est donc un homme qui ne se distingue pas des autres par un trop-plein de classe. Du charisme ? Oui, il en a. Et ça, c'est autrement diffèrent de ces grands airs que se donnent tout ces blancs-becs se prenant pour des héros de guerre. De ce fait, il a les pieds sur terre. Au premier abord calme et posé, le chevalier ne parle jamais pour ne rien dire, écoutant les avis des autres avant de donner le sien, sachant s'imposer quand la situation l'exige et préférant le calme d'une clairière déserte aux mouvements grondants d'une rue surpeuplée. Et pourtant... Pourtant, malgré ses besoins flagrants de solitude – presque une drogue pour lui – Cavall refuse rarement les invitations pour boire un verre ou assister à un évènement quelconque. Sa sociabilité ne se réveille d'ailleurs qu'au seul contact des gens, s'éteignant comme une flamme sur laquelle on souffle dès qu'il se retrouve isolé. En résumé, il va rarement de lui-même vers les autres, mais accepte leurs compagnie avec plaisir quand on l'aborde.

    Il n'est pas d'un naturel belliqueux. Certes, il aime se battre. Il est même un sacré bourrin dans son genre. Loin d'être en dernières lignes durant les batailles et souvent un des premiers à foncer dans le tas lors d'une bagarre de taverne, il n'en demeure pas moins un pacifiste dans l'âme, ne se battant souvent que pour se défouler ou pour servir la patrie, rarement pour une autre raison – Une seule autre raison en fait. Le sang, il n'aime pas le voir couler. Ni le sien, ni celui d'innocents. Celui de l'ennemi en revanche, il s'en accommode. En fait, il n'a pas trop le choix et à force, il s'est fait une raison. C'est la guerre. C'est comme ça.

    Un des traits les plus marquant de Cavall est et restera sa fidélité. Bien sur, il y en a plusieurs formes. Cavall appartient non pas à cette fidélité que l'on se doit d'avoir envers un supérieur ou un roi, non. Pour eux, son sens de l'honneur suffira à ne jamais les trahir. Il est fidèle en ce sens qu'une fois son destin mélangé à celui d'un autre, il le suivra. Toujours. Une fois qu'il aura décidé de s'attacher à quelqu'un, ce sera jusqu'à son dernier souffle. Oui, c'est bien la preuve qu'il est plus têtu qu'une mule et qu'il ne lâche jamais rien. De là découle d'ailleurs la naïveté dont il peut faire preuve par moment. Obstiné, il n'abandonne pas l'espoir de voir un jour les guerres prendre fin. Non, la paix universelle, il n'y croit tout même pas. Être un peu naïf ne signifie pas être utopiste. Et l'utopie est pour lui un simple joli mot qui n'a pas sa place dans le vocabulaire de soldats.

    Doux et bienveillant avec les enfants et les animaux, il a une tendance naturelle à se faire plus distant envers les autres. Hommes comme femmes. De fait, il n'a pas de vrais amis comme il est normal d'en avoir aux yeux de la société. Il y a bien des gens avec qui il entretient des liens forts oui. Mais pas d'amitié réelle et chaleureuse. Intelligent, il préfère cependant laisser la stratégie à d'autres. Les complots, les jeux de pouvoirs, il exècre. L'ambition ? Forcement, il en possède, ne serait-ce qu'un peu, mais au final, ça ne l'intéresse pas beaucoup de finir au sommet. Pourtant, il peut se montrer plus vil et retors que ce que l'on pourrait croire. Individualiste aussi. Souvent. Beaucoup. C'est normal, c'est dans la nature humaine après tout.
    Non ?


    Physique :
    Grand. Pas franchement le genre d'homme que l'on s'amuse à titiller. Mieux vaut éviter.
    Parfaite illustration de l'expression « Force tranquille », Cavall n'a pas une carrure des plus discrètes. Les traits de son visage lui donne un air plus bougon qu'il n'est et figent les expressions de son visage. Des cheveux blond-gris ramenés en arrière, des pupilles claires servant un regard neutre, une peau malmenée par les batailles et l'extérieur, quoique plus claire que la moyenne... Le chevalier, en dépit de son rang et de son caractère, est souvent prit pour plus jeune qu'il n'est réellement. Dépassant la trentaine de peu, son âge étonne lorsqu'il est révélé, ce qui n'arrive de toute façon pas bien souvent.

    Robuste, les épaules carrées, il souffre tout de même d'une ossature trop légère pour sa stature, résultat de quelques carences dans son enfance. Mis a part ça, il est du genre résistant - « Les imbéciles ne tombent jamais malades » dit-on – et donne l'impression d'être assez bourru sur les bords. Impression d'autant plus accentuée par ses gestes manquant de fluidité quand il lâche son épée. En effet rapide et habille avec une arme, il ferait un piètre jongleur, peintre, prestidigitateur, ou tout autre représentant d'une activité nécessitant une habilité accrue. Comme tout soldat, il a son lot de cicatrices. Aucune vraiment visible à première vue, si ce n'est sur les mains. Des mains constamment masquées par des gants. Il n'aime pas les montrer.

    N'aimant pas plus que ça se faire remarquer, Cavall ne s'autorise pas les tenues sortant de l'ordinaire, ni même les couleurs variées. Adepte des tons sombres, il se contente d'une simple armure pas forcement très propre, aux reflets cyanophycées ternis par une trop longue utilisation. En dessous, et pour lui couvrir le corps, des vêtements bleus nuit, voire noirs, pratiques, confortables, passe-partout. Sur son dos, une cape, noire également. Pour se protéger du froid mordant des champs de batailles. Nouée devant, sur le col. Facile à enlever en cas d'urgence. Elle est vieille, élimée, mais il l'apprécie. A sa taille, une épée, qui le suit depuis longtemps elle aussi. Il l'avait acheté dans une forge il y a des années, rien d'exceptionnel, mais elle est sa fidèle compagne et ne lui a jamais fait défaut.
    Et voilà, c'est tout. Il n'a pas besoin de plus.


    Votre passé :
    Que dire d'un homme qui n'a de passé qu'une suite d'évènements banals, sans vraiment d'intérêt ? Peut-être qu'il a eu une vie dont il n'a pas se plaindre. Du moins pour le moment. Car elle n'est pas encore finie, sa vie. Elle était loin de l'être. Du moins l'espère-t-il.
    Un père, une mère, un jeune frère, un chien, quelques domestiques – peu nombreux mais fidèles. Une enfance dont personne n'a à se plaindre, avec son lot de joies, de malheurs. Une éducation disparate cependant. Normal, papa est partit à la guerre et est tombé au champ d'honneur lors d'une bataille contre les Lycans, maman s'est réconfortée dans les bras d'un fort généreux notable pour au final oublier jusqu'à l'existence de ses deux fils. Rejeton d'un militaire, les rares professeurs qu'il a eu s'échinaient à lui inculquer l'art du combat plus que celui de débattre en diner mondain. Voilà, c'est tout. Cavall est né dans cet univers. Oh, il n'a pas à se plaindre. D'ailleurs, il ne le fait pas.
    Seulement, un jour, Cavall a rencontré une fille. Il est tombé amoureux. Enfin, si l'on admettait pouvoir parler d'amour à cet âge-là – à peine 16 ans. Des rêves pleins la tête qu'il avait. Et surement pleins les yeux aussi. Car il était devenu un véritable aveugle. Alors, quand il a surprit son frère d'un an son cadet en compagnie plus « amicale » que de raison de la jeune fille, il s'est contenté de tourner les talons et de partir. Il n'a même pas attendu une explication. Trop fier pour cela. Et au lieu de rester vivre dans une maison quasiment vide, il a prit l'essentiel et a tout quitté. Direction l'armée. Après tout, il avait eu une excellente formation de la maitrise de l'épée, était fils de soldat, et n'avait nul part où aller. Le choix s'est imposé à son esprit.

    Depuis, il n'est pas retourné chez lui. Son frère, il ne lui en veut plus. La fille, il la complètement oublié, jusqu'au son même de sa voix. Sa mère, il espère seulement qu'elle vit bien. Mais il n'y est pas retourné.

    Il est donc devenu militaire. Jeune, la tête sur les épaules, peu loquace, il s'est vite fait remarquer. On lui prévoyait un avenir radieux au sein de l'armée. Lui, ça lui convenait. Il n'avait pas de rêves et pas de but. Et dans le flot des journées se suivant et se ressemblant, pas grand chose ne vint troubler son quotidien. Sauf une chose. Une chose, qui le poursuivra toute sa vie.

    Ils avaient faim, ils étaient épuisés, ils n'avaient plus aucun espoir. Ils allaient tomber au champ d'honneur, comme ça, comme des animaux. Les trois quarts d'entre eux étaient déjà morts ou perdus quand au reste... L'armée de Vode n'avait plus rien de glorieux. Et ce supérieur qui, en désespoir de cause, avait décidé de finir ivre mort, qu'il était pitoyable. Et inconscient. Alors, devant la fin certaine et tragique pour eux de ce combat, Cavall a hurlé l'ordre de retraite. Non, il l'a ordonné plutôt. Que tout ceux en état de marcher aident les blessés et fuient les Lycans trop nombreux pour eux. Mieux valait préserver leurs vies en vue d'un autre affrontement plutôt que de crever comme des chiens, dans la boue, inutilement.
    Mais voilà, il y en a un a qui tout cela n'a pas plu du tout.
    Galadan.
    Il était un soldat de son bataillon. Légèrement plus âgé que lui. Encore plus sombre et silencieux aussi. Pour lui, obéir à un cadet ayant prit le commandement – qui plus est de façon illégitime – ce pour fuir comme des lâches, prenant le contrôle de tout sans mettre les autres sur un pied d'égalité, avait dû être la pire des humiliations. Au moment de se replier, Cavall dû presque le forcer à le suivre.

    Un contrat a été passé. Une sorte d'alliance, que personne ne pouvait briser. Afin d'essuyer l'affront que Galadan avait subit, celui-ci proposa l'établissement d'un pacte indiquant que si les deux hommes se retrouvaient dans un rayon de trente mètres l'un de l'autre, ils devaient se battre en duel jusqu'à la mort de l'un d'entre eux, oubliant tout le reste. Seul le devoir militaire avait le pouvoir de mettre fin au combat. Cavall accepta. Parce qu'il était homme d'honneur, parce qu'il savait que ce qu'il avait fait ce jour-là était juste, parce qu'il ne pouvait de toute façon pas aller contre la hargne de Galadan... Et parce qu'il avait besoin de quelqu'un aussi. Besoin d'un élément fixe dans son existence, d'un point d'ancrage, d'un but. Galadan était tout cela.

    Parfois, par jeu, Cavall franchit de lui même la limite des trente mètres quand il aperçoit cet homme. Mais quel que soit celui qui déclenche le duel, jamais ils n'ont réussit à en terminer un seul. Cavall a grimpé les échelons de la hiérarchie, il a fini capitaine. Honorable. De même pour Galadan. Tout deux chargés d'unités différentes, ils ne peuvent pourtant pas se soustraire à leur contrat. Et cela fait quinze ans que ça dure.


    Signes particuliers : //



• En ce qui vous concerne •
    Pseudo : Kohané. Il parait.
    Âge : Plait-il ?
    Expérience RP : 5 ans et des poussieres.
    Que pensez-vous du forum ? Je ne pense pas, je végète.
    Comment l'avez-vous découvert ? Je le connaissais déjà quand il n'était qu'un embryon d'idée dans le cerveau dérangé de Yarost.
    Une remarque/critique/suggestion à nous faire ? Et sinon, vous auriez l'heure ?

    Codes : [Codes bons]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Cavall Dan'Avnar   Dim 20 Juin - 14:16

... Mon cerveau dérangé te proute. Et sans élégance ni affection, même.
Bon sinon ta fiche elle pue roxx, elle est keul bref elle est parfaite. Donc je te valide sans plus tarder, madame. Et te souhaite bon jeu parmi nous, et tout le toutin (tu connais la chanson, hein).


Bienvenuuuue \o/

_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 8

MessageSujet: Re: Cavall Dan'Avnar   Dim 20 Juin - 14:44

Je veux mon panini au nutella pour la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cavall Dan'Avnar   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cavall Dan'Avnar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disgrace of Chaos :: Fiches validées-