AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sho'Naal [T]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Sho'Naal [T]   Jeu 10 Juin - 12:44

Sho'Naal

▬ Identité
    Nom : Inexistant
    Prénom : Sho'Naal
    Âge : Intemporel
    Race : Dragon
    Camp : Protectrice des Elfes
    Métier/Classe : Protectrice des Elfes


▬ Un peu plus de précision

    Psychologique :
    Il est si difficile de décrire le comportement, les valeurs, le caractère d'un personnage et plus encore il est difficile de décrire celui d'un être éternel, tant son esprit est ouvert, a été le témoin de centaines d'années et peut-être plus encore. Alors imaginez que cet être immortel se trouve être un dragon, puissantes entités mystérieuses et cachotières, comment vous y prendriez-vous? Mais cela est loin d'être fini car parmi les dragons eux-même, il existe un individu qui se démarque du lot par ses actions étranges dont les choix pourraient paraître incongrus. Nous parlons bien de Sho'Naal, Protectrice des Elfes. Je vais tout de même, par mes humbles mots tenter une description plus ou moins approfondie de cet être point comme les autres.
    Sho'Naal n'est pas n'importe qui, elle possède des valeurs qu'elle juge indispensables, qu'elle-même possède et qu'elle cherche à inculquer à tout ceux autours d'elle. La vaillance tout d'abord, elle ne supporterait pas qu'on recule au combat, qu'on tourne le dos et que l'on fuit le terrain. Par la vaillance, il y a le courage, par le courage il existe la force et par la force, l'esprit suit et la victoire viendra. Elle est une dragonne qui ne recule devant rien, elle a vu maintes batailles, maints combats et ce ne serait point en décampant qu'elle aurait pu encore être ici pour le prouver. Cet être à l'apparence d'une jeune femme frêle et forte à la fois est une vaillante née, elle préférera voir sa race s'éteindre plutôt qu'on nomme les dragons peureux et traitres. Elle se battra jusqu'au bout, quitte à être emportée par la Grande Faucheuse de l'ennemi, mais jamais elle n'ira seule. Elle a assez souffert de la Mort pour lui tourner le dos et la refuser. Elle apprécie la sagesse dans le regard des autres. Il faut toujours prendre le temps de réfléchir, toujours observer, se perdre dans les parchemins des Temps Anciens, se complaire à écouter les Anciens et ne jamais refuser l'histoire d'un Sage, car il y aura toujours une morale digne d'être sue, elle prend son temps, elle pondère en silence tout ce qu'on pourrait lui dire et analyse, les lèvres muettes, les solutions possibles. La précipitation n'a jamais été de son domaine. La patience est mère de sureté, elle met ainsi un point d'honneur à toujours pondérer et ne point s'avancer tête baissée.
    Mais il existe également le revers de la médaille, si elle juge des valeurs indispensables, il y a des vices que jamais elle ne pardonnera. Sa plus grande haine vient de la lâcheté, elle ne supporte pas la traitrise tout comme la trahison et fera payer le prix fort si sa route venait à croiser un de ceux-là. S'il y a quelque chose qu'elle exècre plus que les autres, c'est bien la fourberie. Pour la dragonne, l'on doit toujours honorer ses ennemis, ne jamais les fourvoyer et les traiter mieux que les amis proches. Elle a toujours refusé les coups dans le dos et patientera jusqu'à ce qu'un adversaire soit de sa taille pour le combattre. Elle ne supporte pas non plus tout ceux qui se croient supérieurs sans l'avoir prouver, sans qu'ils aient des preuves. Elle est particulièrement fière et hautaine, certes, mais elle a prouvé par maintes batailles, par le temps inefficace sur son peuple, que les Dragons étaient des êtres supérieurs comparés à toutes les créatures de ce monde. Il se peut que cela puisse paraître contradictoire, mais tel est ainsi faite Sho'Naal.
    Franche, réfléchie et patiente, voici probablement les plus grandes qualités de cette dragonne à l'allure d'une jeune femme éternelle. Quand l'on est immortel, du moins que le temps ne vous affecte plus, la patience devient votre amie, votre amante et Sho'Naal a vu tant d'années défiler sous son regard d'émeraude. Elle est réfléchie, oui, elle prend le temps avant de donner sa décision, rien ne doit presser et rien ne doit la pousser, c'est la sagesse des Anciens qui la guidera sur le bon chemin, elle le sait, elle en est convaincu. La franchise est de son côté également, ne supportant point le mensonge, elle préfère dire la vérité pour ce qu'elle est, tant pis si cela blesse, si cela fait mal. Il n'y a que sur sa condition mythique qu'elle ne doit pas dévoiler qu'elle reste muette. Si le mensonge est inévitable, alors cela sera le silence qui prendra le poids de la réponse.
    Hautaine, fière, secrète, ce sont des mots qui la décrive également, car un être, même foncièrement bon, ne peut avoir que des qualités. La fierté est probablement son plus gros défaut, elle est une dragonne, elle n'est pas n'importe qui, elle est la Protectrice des Elfes, elle est fière de ses origines, de sa race et quoi qu'on puisse lui dire, jamais rien ne la ferait changer d'avis. Mais couplé à cette fierté, se retrouve le sentiment hautain, elle se sent supérieur aux autres races, que cela soit les humains, les lycans et même les elfes qu'elle a pris sous son aile. Mais depuis la mort du père de ses enfants, elle s'est enfermée dans un carcan de silence, elle ne parle que moins et tait ce qu'elle ne veut pas dire. Pour la comprendre, pour la deviner, il vous faudra fouiller dans son regard froid et brulant à la fois, mais touchez trop à ses secrets, et elle pourrait prendre la mouche pour vous la faire avaler de force. Par ce fait, n'oublions pas son caractère farouche et son sang draconien qui brûle dès qu'on touche à ses enfants.
    Sur une note un peu plus joyeuse et un peu moins psychologique, voyons à présent ce qu'elle aime ou qu'elle déteste. Vous pourrez souvent la trouver dans l'Arbre Lieur de Vie, à simplement écouter la musique du vent dans les branches, contre les ramures. Elle aime se promener sous le couvert des arbres de la forêt, elle aime écouter les histoires des Longues-Oreilles, même si elle en connait certainement plus qu'eux, elle apprécie la vie même, l'eau contre sa peau dans un lac glacé, les rayons du soleil à l'aube, le vent dans ses cheveux, la terre et le sable sous ses pieds nus. Elle aime autant la pluie que le vide des gris nuages, elle aime tout autant le nuage solitaire que le ciel bleu immaculé. La nature en elle-même est à l'égal de son cœur, grand comme jamais il ne serait possible d'imaginer, elle aime tout ce qu'elle voit, avec ou sans violence, avec ou sans peine. La guerre, elle a mainte fois connu, cela ne lui fait plus peur, au contraire, elle n'attend qu'un ennemi à sa hauteur. Elle prend la vie au jour le jour autant qu'elle se pose dès qu'elle doit prendre une décision. Le temps n'a pas d'importance, elle vit comme elle et se contente de bien peu, autant que de beaucoup.
    Pour elle, le Bien tout comme le Mal, l'Ordre tout comme le Chaos, existent, sinon, il n'y aurait plus de monde, sinon, les Dragons ne seraient jamais arrivés sur ce petit coin de terre. Pourtant, elle n'est ni croyante, ni athée, elle croit en elle-même, elle pense qu'une entité divine existe, pourtant, ne l'ayant jamais vue, entraperçue, elle n'y croit pas, étrange paradoxe qui fait ce qu'elle est aujourd'hui. Et ce qui a fait d'elle ce qu'elle est, ce sont surtout ses enfants, ses deux précieux cadeaux au monde, dont elle a du se séparer à regret, tout en cachant son extrême tristesse. Mais de loin, elle les surveille, elle veille sur leur sécurité, elle sait qu'ils sont vivants, elle sait où ils sont et c'est encore ce qui peut la faire sourire aujourd'hui, sans que personne ne la voit. Elle est une mère, c'est tout ce qui lui reste en ce monde. Elle était épouse, confidente, amante, elle n'a plus qu'un père rarement présent et des enfants pour qui elle torturerait la terre entière afin de les savoir en sécurité.

    Physique :
    Spoiler:
     

    Quel étrange mystère que celui des Dragons, mais probablement plus encore est celui de Naal. Son peuple se résumait à seulement sept individus, ils ne sont plus que quatre, comment pouvons-nous donc comparer cette dragonne? Belle ou Laide? Douce ou Violente? Nul ne le sait vraiment, voilà pourquoi il ne nous sera que bien peu possible de la décrire physiquement, car notre jugement ne peut la comparer aux autres de sa race. Aussi, essayerais-je de vous la montrer telle qu'elle est, avec des mots justes et objectifs mais alors, pour toute comparaison, je prendrais la race des Longues-Oreilles, celle qui ressemble le plus de son peuple, tout du moins sous sa forme plus humaine. Et cela sera par cette dernière que je commencerais.
    Il est plus qu'impossible d'émettre un avis sur son âge apparent, car elle semble intemporelle. Aussi bien peut-elle avoir les traits d'une enfant en manque maternelle qu'elle peut se montrer du calme d'une vieille femme qui n'a que trop vu de printemps. Sous la lumière de l'astre diurne, elle peut se parer d'un sourire d'enfant ou de pleurs d'une mère. Nul ne pourra jamais lui donner un âge certain car le temps lui-même ne semble ne point être en accord avec son propre soi, sur son visage, elle ne porte aucune marque de sa vie passée, inconcevable serait de la penser enfant, par sa taille, ses formes, sa sagesse, et pourtant, à travers l'onde claire, elle ne reste qu'une jeune femme qui ne demande qu'à remonter ce temps implacable.
    En ce qui concerne sa taille, l'on peut dire qu'elle se trouve être légèrement plus grande que les elfes dont elle s'entoure quelque fois. Elle ne les dépasse certes pas d'une tête, mais sa seule prestance fait d'elle quelqu'un de plus grand. Et si l'on cherche la comparaison avec les humains, elle rentre tout autant dans la moyenne, mais bien rare sont les mortels qu'elle a croisé pour en juger véritablement. Quant au poids qu'elle fait, je ne pourrais vous le dire, n'ayant jamais eu l'intention de mesurer tout cela sur cette vénérable mère de la nature. La dragonne n'a jamais non plus cherché à savoir tout cela car ce n'est qu'en fin de compte, matériel, chose qu'elle n'a jamais été.
    Le plus frappant en la personne de Naal n'est nullement sa taille ou sa corpulence, mais bien les couleurs d'automne, de printemps et d'été mélangées. Ses cheveux sont d'or, comme le soleil couchant, comme les feuilles mordorées à la fin de leur vie, ils glissent comme une pluie d'automne aux traits dorés aussi léger que la feuille dans le vent, longs et soyeux, vous n'en retrouverez jamais des semblables et dusse-je avoir cherché aux confins de la terre même. Doux et à la fois sauvage, ils flottent derrière elle, jamais attachés, toujours libres, sans jamais trouver de repos. Sous les rayons de la Lune, ils apparaissent d'un roux sombre et en même temps brillants comme de la cornaline, cette magnifique pierre fine. Et puis, il y a son regard, profond et léger à la fois, aux couleurs du printemps, d'un vert si pâle, si rutilant, si sombre, si éclatant qu'il pourrait d'un simple battement de cils vous pétrifier de surprise. Encore une fois, son regard pourrait être confondu avec du péridot, une gemme d'un vert indéfinissable. Tout au fond de ce regard, on y lit la sagesse, on y voit le soleil et sa force qui y brille, on y voit le calme de la lune, on y lit la beauté des étoiles. Quant à sa peau, elle a la couleur de l'été, d'un teint vivant, passant ses journées sous l'astre du jour, aux couleurs de miel et d'ambre.
    Nul dessin ne vienne ternir sa peau, pas plus qu'une cicatrice ne porterait ombrage à la perfection de son corps. Naal n'est pas n'importe qui, elle est de la race des Dragons, êtres suprêmes, intemporels et immortels, tout du moins pour le temps qui passe. Son maintient est fier, elle EST fière de sa personne, de ce qu'elle est, de ce qu'elle sait. Son port de cou est altier, sa manière de se déplacer est tout aussi légère qu'habile et délicate, néanmoins, elle possède une aura de sagesse, de temps écoulé qui flotte tout autour d'elle et qui la rend aussi dangereuse que vénérée. C'est une dragonne qui se montre forte en tout temps et tout lieu, jamais elle ne trahira un signe de fatigue ou de fragilité, pas même avec ses enfants qu'elle n'a que trop peu vu. Elle vit avec le minimum de vêtements, insensible aux intempéries et au temps qui coule sans relâche. Ses jambes sont fines, ses doigts agiles, ses épaules douces, sa taille idéale, ses hanches faites pour porter des enfants et une poitrine digne de ce nom.
    J'ose plus qu'espérer qu'avec cette peinture éphémère, bien incomplète, vous pouvez vous représenter la Protectrice des Elfes sous sa forme la plus commune, la moins belle, la plus... vulgaire... Celle sous laquelle elle apparait aux yeux des autres...

    Spoiler:
     

    Mais Sho'Naal peut également prendre une toute autre forme, certes, pas de beaucoup différente par rapport à la précédente, mais bien plus puissante, bien plus effrayante et bien plus fantastique aux yeux de tous, quoi que si peu l'ont vu ainsi et le peu est maintenant mort. Ses ongles sont remplacés par des griffes acérées à la longueur démesurée, l'éclat de ses cheveux, ainsi que celui de son regard est décuplé par sa beauté draconienne. Elle ne grandit pas plus qu'elle ne l'est à l'origine, mais son aura amplifie, double, voire même triple ainsi. Des écailles à la couleur de l'obsidienne, mais aux reflets d'or et de lave couvrent alors son visage, ses épaules et ses bras ainsi que ses jambes, son dos et une partie de sa poitrine. Un incroyable joyau, digne de la plus magnifique des émeraude apparait à la base de son cou. Deux immenses cornes poussent alors sur sa tête et une autre, plus petite, mais tout aussi forte sur son front. Ses oreilles grandissent et trahissent alors une étrange relation avec les Longues-Oreilles. Mais probablement le plus important, le plus imposant est qu'une paire d'ailes à la couleur d'or naissent dans son dos, lui permettant ainsi des mouvements rapides, aériens et incontestablement puissants.

    Spoiler:
     

    Enfin, la plus terrible des forces imaginaires peut prendre les traits de ce que devient Naal lorsqu'elle use de sa forme primaire, primitive, première. Cette forme-ci est celle qui l'a vu naître, de bébé dragon, elle est devenue à une dragonne gigantesque, terrifiante et incontestablement extraordinaire. Sa gueule peut être d'or et d'ambre, son corps et sa queue prenne une couleur d'obsidienne ténébreuse. Animal mystique, il est impossible de décrire pareil couleur, pareille bête, mais elle reste pétrifiante une fois que l'on y fait face. Voyez là, dents, crocs, griffes, tenailles, piques, épines, elle crache du feu, elle broie, elle éventre, personne ne l'a jamais vu ainsi, et pour dire toute la vérité, il vaut mieux que personne ne la voie ainsi. Seul son défunt amant, son père encore vivant et feue sa mère ont pu la contempler dans sa splendeur-même. Car belle, elle le reste malgré tout, sous ses muscles d'acier, sous la haine de ses billes noires, sous le feu qu'elle crache, c'est une beauté inconcevable pour la race que nous sommes.

    Votre passé : A la suite de ce post.
    Signes particuliers :



• En ce qui vous concerne •
    Pseudo : Je'my
    Âge : 25 ans
    Expérience RP : 9 ans de RPG, plusieurs fois fondateur de forum RPG, en ce moment administrateur d'un forum de 250 membres dont 150 actifs.
    Que pensez-vous du forum ? Très joli design, histoire bien fondée, bien intégrée.
    Comment l'avez-vous découvert ? Merci June
    Une remarque/critique/suggestion à nous faire ? Pas pour le moment, ou alors oui, serait-il possible d'avoir l'image complète qui a servi à faire l'avatar de Sho'Naal?

    Codes : [Codes bons]


Dernière édition par Sho'Naal le Sam 10 Juil - 20:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Lun 28 Juin - 14:50

Pour l'histoire, je me suis basé sur:
- Le contexte
- Les dates importantes
- Les races
- La fiche prédéfinie de Sho'Naal
- La fiche de Bast Shu'ran
- Le début de fiche d'Amayëlle
- Le post des Mythes et des Légendes
- Les fiches d'Eowyn, des Lycans originels
Donc voici le mélange, il a fallu que je m'y adapte, pour que tout le monde soit un peu dans le vrai.

Comme un joyau d'ambre et d'agate, la pierre semblait lisse de toute imperfection, elle trônait, royale, au milieu d'autres pierres de tailles similaires, mais aux couleurs si différentes. Jamais encore dans ce petit coin de terre perdue l'on avait vu tel spectacle. Dans une large clairière où les oiseaux laissaient poindre le son de leur chant, la nature n'était dérangée que par le vent qui soufflait doucement. Les pierres chauffaient au soleil, un pâle soleil matinal et printanier, les feuilles d'un vert éclatant offrait un fin ombrage et les couleurs, après un rude hiver avaient rendu la vie à la forêt environnante. L'herbe sous les pas de la bête poussait drue, fraiche et grasse. L'endroit était des plus paisibles si ce n'était cette étrange créature fantastique. La forme était gigantesque, immense, monstrueuse, un lézard qui aurait trop grandi, un hérisson à la taille impressionnante. La bête devait bien mesurée deux arbres couchés, peser bien plus qu'on ne pourrait l'imaginer et son corps plus noir que la nuit sombre était recouvert d'écailles lumineuses. A la voir, l'on ne pouvait être que terrifié et en même temps subjugué. Elle était magnifique, tout comme horrible. La créature semblait être taillée pour les plus durs combats, pour la guerre, pour la force et la puissance et devant ces quatre petites pierres, elle posait les pattes le plus délicatement du monde, marchant sur des yeux, sans bruit, ses billes noires plus grosses qu'une tête humaine reflétaient une douceur sans nom. Son nom, Chul’Nolak, qui sera connu plus tard sous l'appellation du Sage, pour sa connaissance du monde illimitée, pour son âge intemporel, pour son savoir des peuples. Il n'y avait pas encore longtemps, il n'était pas seul, une dragonne veillait sur ces pierres comme sur la prunelle de ses yeux. Mais aujourd'hui, elle n'était plus. Que lui était-il arrivé, où était-elle passé? Nulle ne le sait et aucun écrit n'en fait part. Si l'on peut alors prétendre qu'une dragonne vivait encore près de lui, c'est tout simplement parce que ces pierres n'en étaient pas unes. En vérité, ces pierres étaient des œufs, plus beaux les uns que les autres, plus éclatant que le plus beau des joyaux. La surface semblait parfaite, ne possédait aucune marque et quand le vent soufflait fleurs et feuilles, ces dernières glissaient en un rien de temps sur cette surface si lisse.

Il y avait quatre œufs, tous immobiles, depuis des lustres maintenant et le dragon, majestueuse créature donnerait sa vie pour les voir un jour se craqueler et laisser entrevoir une petite tête bien vivante et toute nouvelle. Des œufs, il y en avait un aux couleurs d'automne, brulant comme le feu, d'or et de rouge comme les feuilles qui se fanent. Il y en avait un à la couleur du ciel semblant avoir été confectionné dans de l'azurite strié de lapis-lazuli. Le troisième semblait avoir été façonné dans de l'améthyste et de la tanzanite, quant au dernier, il avait les couleurs d'hiver, d'onyx et de diamant. Les années s'écoulèrent et le dragon ne perdit point patience, jusqu'au jour où par une journée identique à la précédente, un sourd roulement de tonnerre déchira le calme de la clairière. L'immense dragon redressa la tête, souffla bruyamment par ses narines dilatées avant de s'intéresser aux yeux qui miroitaient sous un soleil bien présent. Il y eu un nouveau grondement, puis un craquement impressionnant, pourtant une simple et minuscule fissure se fit et la surface d'un des œufs, le plus bleu d'entre tous, se craquela. Il ne fallut point attendre quelques minutes avant que la coquille ne se fende entièrement et ne se désagrège sous les coups de tête d'une petite bête, le modèle réduit du grand, mais d'une couleur tout aussi bleu que l'œuf qui l'avait contenu. Le puissant dragon lui donna un nom, celui par lequel il serait connut: Sho'Gorn. Ne tarda pas à suivre, une deuxième éclosion, l'œuf de feu, aux couleurs d'automne et son nom à partir de cela fut Sho'Naal. Puis cela fut le tour de Sho'Nar et Sho'Lvar. Les quatre rejetons venait de voir le jour dans cette clairière d'ordinaire si calme et à l'instant de leur naissance, si vivante, si joyeuse, le vent ne soufflait que plus encore, les oiseaux entamaient leur plus beaux chants et le soleil ne semblait briller que plus encore. Le père de tous les dragons n'était plus seul en ce petit coin de terre, désormais, il avait une descendance, et quatre enfants pour prendre le relais. Bientôt s'éveilleront les oreilles-pointues et d'autres créatures. Mais pour le moment, il ne pensait point à cela et se contentait de contempler ses rejetons se rappelant à quel point, ils ressemblaient tous, d'une certaine façon à leur mère disparue.

Chul'Nolak, leur père, se mit à leur apprendre tout ce qu'ils pouvaient ne serait-ce que rêver connaître. Ils étaient à l'aube d'une nouvelle vie, d'un nouveau monde, il les voulait préparés, attentifs, droits et fiers. Il leur fit découvrir la terre dont ils étaient ici, il leur montra l'eau, source de vie, il leur dévoila le feu, malédiction brûlante qu'ils pouvaient cracher et répandre sur la terre comme un coup de dent dans le coup d'un animal, il les entraina dans le ciel, défier le vent, monde de liberté et beauté immaculée. Il révéla tous les secrets de l'esprit, parler, comprendre, cacher, connaître, il leur inculqua les forces de leur corps alors qu'ils grandissaient, tous reçurent les mêmes enseignements, les mêmes connaissances. Mais chacun comprirent cela à leur manière, développant des qualités, tout comme des défauts, l'erreur était source de savoir et d'expérience et le dragon voulait non pas élever des parfaits dragons, mais des enfants de la terre, qu'ils découvrent par eux même une fois l'apprentissage terminé. Cela dura de nombreuses années, les jeunes dragons développant des amitiés plus ou moins fortes, Sho'Naal se lia à Sho'Gorn, les deux dragons regardèrent le monde d'un point de vue positif, l'un concédant à la Vertu, l'autre à la Vie même. Alors que leurs deux frères préférèrent le monde des Cauchemars et celui de la Haine. Tel était leur lot quotidien, tous s'élevant dans le ciel comme des êtres magnifiques, n'ayant nulle crainte du lendemain, trouvant refuge aussi bien dans les plaines verdoyantes que sur les montagnes pelées, aussi bien au fond des gorges que dans les déserts brûlants. Le temps passa sans que personne n'y fasse attention, de petits dragons pas plus haut qu'un chien de chasse, ils devinrent plus hauts que les arbres, plus fort qu'un troupeau d'éléphants, plus intelligents que toute autre créature. Alors que les quatre frères et sœur parcouraient la terre entière, défiant les limites des mondes, grimpant jusqu'à ce qu'il n'y ai plus d'oxygène pour respirer ou bien explorant les plus profondes grottes, Chul'Nolak avait pris territoire sur une montagne à l'accès difficile si d'aile on n'en avait point. Rien ne vint troubler leur quotidien, si ce ne fut une découverte des plus originales, et cela fut Sho'Naal, la première qui fit cette rencontre étrange.

Ce fut un jour d'après-neiges, un jour où le sol retrouvait sa verdure de l'année, où la neige fondait au soleil, où la forêt s'éveillait de nouveau après des jours et des lunes d'immobilité sous un épais manteau blanc. La dragonne dans toute sa splendeur, imposante et majestueuse, au fil de ses explorations fut interloquée quand elle découvrit un chêne des plus magnifiques. Plus immense que tous les autres arbres, plus vénérable que la plus âgée des créatures. Son tronc était gigantesque, incroyablement puissant et ses ramures plus longues que ses ailes dépliées. Les feuilles reflétaient l'or de l'astre diurne, elles étaient plus douces que la plus douce des caresses. La dragonne était sous le charme et se décida, comme un coup de foudre vint vous frapper, que ce serait ici sa place dans le monde. Mais comment pouvait-elle vouloir habiter cet endroit si elle gardait cette apparence monstrueusement puissante? Au moindre mouvement, elle risquait d'endommager ce vénérable chêne et elle ne pouvait se le permettre, jugeant son importance dans ce monde. Pendant des jours et des nuits, peut-être même plus encore, elle réfléchit, assise en face de cet arbre, se concentrant, cherchant par tout moyen de trouver une forme plus fine, une forme qui lui permettrait de garder à la fois son apparence draconienne, puisqu'elle était un dragon et serait à jamais fière d'avoir pour parent Chul'Nolak, mais également une forme sous laquelle elle pourrait vivre dans l'arbre. Après maint essais infructueux, elle finit par découvrir la magie même en son sein et d'une simple pensée, elle se découvrit sous une forme humanoïde, de longs cheveux avaient poussés, de la couleur de ses écailles, de feu et d'ambre, de rouge et d'or, sa peau était pâle, et à la place de membres puissants, imposants, elle avait deux bras et deux jambes. Elle se leva, tremblota un moment sur ses jambes et s'approcha d'un cours d'eau pour se mirer un instant dedans. Terrifiée par ce qu'elle voyait, elle tomba à l'eau, s'agitant dans tous les sens pour finalement reprendre sa forme originelle. Cela était si étonnant, mais au final, cela était ce qu'elle avait voulu. Elle retourna voir son père pour demander conseil et ce dernier ne put que l'encourager à recommencer.

Aussi, depuis ce jour, enseigna-t-elle aux autres dragons, ses frères comment prendre cette forme si d'aventures ils souhaitaient se rapprocher de choses plus délicates, plus fragiles. Elle retourna par la suite à l'arbre qu'elle avait découvert, complètement subjugué par sa beauté et l'aura de puissance dont il émanait. Dans les branches, elle fit sa maison, lovée contre le tronc, prenant grand soin de ne jamais faire de mal aux feuilles et aux branches, respectant la moindre cellule du chêne. Sho'Gorn venait la rejoindre de temps à autres aimant sa compagne dans les fenaisons d'été ou l'océan d'hiver. Le temps passa et jamais ils ne se quittèrent se décrétant liés l'un avec l'autre, les saisons s'enchaînèrent sans qu'on ne put troubler leur vie heureuse et hédoniste. Ils se découvrirent d'autres manières de s'aimer, de manipuler la vie en eux, d'en faire des guides, de manipuler la nature. L'un se faisait professeur, l'autre écoutait, jamais il n'y eut de compétition, et toujours les rôles, tour à tour, s'inversait, l'osmose ne pouvait être plus parfaite, si bien qu'un beau jour, Sho'Naal déposa à la base, entre deux racines terrestres deux œufs magnifiques, l'un avait les caractéristiques de son père, l'autre de sa mère, pourtant, d'autres couleurs, plus belles que jamais s'y étaient incorporés, les deux trésors reflétaient la beauté de leur race et ressemblaient à deux pierres ovales, plus lisses que quoi que ce soit, plus éclatantes sous un soleil d'été qu'un rayon de soleil dans une onde pure. Les deux parents ne savaient point quand les œufs écloraient, mais ils avaient la patience pour eux, vivant chaque jour dans l'espoir de découvrir une petite tête d'un petit dragon fendre la coquille dure comme le métal le plus résistant. Ils ne s'inquiétèrent point pour leur progéniture, pourquoi l'auraient-ils fait? A cette époque, pas une seul créature ne voulait du mal aux dragons, et ce fut quelques fois pour de longues périodes qu'ils quittèrent le nid, allant retrouver leur père là-haut dans les montagnes, mais avec la force de leur esprit éternel, gardait un œil bienveillant sur ce qui faisait leur fierté. Pourtant, ce fut encore Sho'Naal qui fit une découverte qui allait changer et transformer la face du monde pour le restant des temps à venir.

Alors qu'elle revenait vers l'Arbre Lieur de Vie, elle tomba presque nez-à-nez avec des êtres ressemblant étrangement à ce qu'elle arrivait à devenir quand elle s'endormait dans les rameaux du chêne. Ce peuple semblait ouvrir les yeux sur la vie, peut-être n'avaient-ils que quelques jours ou quelques années, mais ils ne prirent point peur alors qu'ils virent cet animal mystique dans les airs. Aussitôt, la dragonne prit forme plus humanoïde et ils furent subjugués par la rapidité et la maitrise de la magie. Elle se porta alors comme guide pour ce peuple étrange, curieuse, elle parvint à communiquer, apprenant leur langage en un rien de temps. Elle imposa tout de même ses conditions, étant plus forte et d'une race supérieure, elle se déclara même Protectrice des Longues-Oreilles et interdit alors toute approche de l'Arbre Lieur de Vie. Depuis ce jour, les elfes la considérèrent comme une sorte d'entité divine et la respectèrent plus que quiconque, de son côté, pour une raison inconnue, du moins refuse-t-elle de l'avouer, Sho'Naal les protège et veille sur eux. Ce fut également à partir de ce jour qu'elle rechercha une nouvelle forme pour passer inaperçue, du moins pour se fondre plus ou moins au milieu de ce peuple, car même si elle ne les terrifiait pas par sa forme originelle, elle ressent une sorte de recul de leur part. Elle fut la seule et unique dragonne à s'autoriser à vivre sous cette forme, où nulle écaille ne venait faire miroiter sa peau, où des fins doigts remplaçaient des griffes asserrées. Elle s'en amusa même et bien que cette forme ne reflétait pas vraiment sa force, son charisme et sa fierté de dragonne, elle l'adoptait systématiquement lorsqu'elle croisait l'une de ces oreilles-pointues. Les années à nouveau défilèrent et le temps n'avait que si peu d'importance, personne ne cherchait à le connaître, car personne n'avait emprise sur ces saisons qui s'enchainaient. Combien d'années, combien de siècles, ou bien ne serait-ce que des mois, des semaines? Nul ne put le savoir, nul ne saura jamais. Sho'Naal, comme l'avait fait son père auparavant, enseigna aux Elfes ce qu'ils devaient connaître avant de les laisser apprendre d'eux-mêmes par leurs erreurs, par leurs succès.

Ce fut à partir de cet instant que le monde changea radicalement, que le temps s'accéléra comme si la petite rivière de plaine devenait ruisseau de montagne. Sous l'œil impassible de neutralité des dragons les elfes entreprirent de jouer avec les forces de la Nature et certains parvinrent à recréer une sorte de vie à leur image. Ils les nommèrent les Humains. Mais les Longues-Oreilles n'avaient pas réussi à leur donner l'immortalité de leurs traits, ni la beauté de leur race, ni la sagesse de tout un peuple. Néanmoins, si les humains étaient vaillants, ils se retrouvaient être de très bons élèves, intéressés en tout, attentifs, autodidactes et inventifs. Ils se mirent à comptabiliser le temps, ce fut aussi en ce début de nouvelle ère que les distancions débutèrent. Les Humains crurent que les Elfes les tenaient à l'écart de quelques secrets, ils virent l'opportunité de s'en servir, mais les Oreilles-Pointues, en réalité se gardait de toute ignorance face à Sho'Naal, la dragonne qui veillait sur eux. Cette dernière comprenait parfaitement que les Humains ne portaient pas dans le cœur les Dragons, bien qu'ils étaient une race supérieure, mais elle se méfiait d'eux et de leur désir. Méfiante comme jamais elle n'en laissa pas un près de l'Arbre Lieur de Vie, tout comme elle repoussa quiconque d'autre qu'une jeune princesse elfe, Eowyn. Depuis des années, la Protectrice des Elfes acceptait de rencontrer et converser avec la noblesse, pourtant, quand les Humains virent le jour, elle repoussa tout le monde, excepté la fille du Roi Sil'Garion, pourquoi? Cela Sho'Naal ne l'a jamais expliqué. Peut-être a-t-elle prédit son avenir, peut-être lui voue-t-elle une confiance absolue, peut-être y a-t-il plus, que pouvons-nous en savoir, pauvres mortels que nous sommes, bien loin de la sagesse des Dragons. Les heures sur ce petit coin de terre s'assombrirent, les glas se mirent à jouer leur déchirant carillonnement et la forêt se mit à trembler, devinant les noirs complots à défaire, les guerres à arriver et les pleurs à supporter. Pourtant, pourtant, il y avait encore de l'espoir, car pour dire la vérité, avec son compagnon, elle reprit espoir, car un évènement venait de ranimer la flamme dans le coeur des deux dragons.

A l'heure hivernale où l'on ne peut distinguer jour et nuit, l'un des oeufs craqua et quelques minutes plus tard, dans les bras de sa mère somnolait un petit dragon digne de son père. Sho'Naal sourit à cette apparition et au pied de l'Arbre Lieur de Vie, entama une toute nouvelle vie, celle du mère protectrice, au côté de Sho'Gorn. Son nom serait Bast Shu'ran, fierté de son père. Tout comme ils l'avaient été par le Père de tous les Dragons, les deux parents inculquèrent à leur rejeton ce qu'était la vie, et en prévisions d'on ne savait quel malheur, Sho'Naal lui dévoilà comment prendre une forme humaine, peut-être déjà savait-elle ce qui allait se passer, que pouvons-nous deviner? Sho'Gorn fut appelé à la rescousse loin de sa compagne, loin de son fils et loin de l'Arbre, si bien qu'il ne connut pas la naissance d'Amayëlle, soeur de Bast. Combien d'années passèrent, nul ne le peut le savoir, et les écrits se contredisent tous, tant le temps était à la débacle, mais ce fut en cette période qu'advint un tournant pour la famille de Sho'Naal. Ymlïr provoqua en duel Sho'Nar et l'assassinat, par la fourberie, par la vaillance. Le dragon périt sous le coup d'une épée, sous le coup de millier. La terre trembla, le sol éclata, le vent souffla, les arbres brulèrent. Comment avait-il réussi, comment pouvait-il tuer le Dragon de la Haine et de la Destruction? Sho'Naal se mit à craindre pour les siens, sa colère gagna les rives les plus lointaines de son esprit. Mais le pire n'était point encore là, car ce fut Sho'Gorn qui succomba et la douleur dans le coeur de la Protectrice des Elfes fut telle qu'elle se réfugia pour un temps au coeur de l'Arbre, disparaissant des yeux du monde. Ce fut probablement la raison de la chute de Sho'Lvar, car si la dragonne avait été présente, probablement que le Tue-Dragon serait à l'heure qu'il était déjà en terre. Mais elle voulait avant tout protéger sa progéniture et leur inculqua au plus vite la forme humaine. Quand ils la maîtrisèrent à la perfection, elle demanda l'aide d'Eowyn. Cela lui cindait le coeur, mais elle n'avait pas le choix, elle devait les abandonner pour un temps, qu'ils se cachent dans le peuple des hommes, qu'ils vivent comme eux et une fois matures, grands et forts, elle les retrouverait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Lun 28 Juin - 20:21

_ Un… Un t-t-truc… Là-bas…

- Cette elfe n'est pas un truc, Bast Shu'ran, elle s'appelle Eowyn et va vous guider dans le monde des hommes. Il est temps que vous découvriez les peuples qui habitent cette contrée. Voyez, vivez et apprenez des hommes, quand ce sera le moment je viendrais vous trouver. Je veillerais sur vous, où que vous soyez, à chaque instant de la journée, autant que la nuit, je serais toujours présente. Cela fait pleurer mon cœur, mais le monde semble en vouloir aux dragons et je ne veux pas qu'il vous arrive le moindre mal. Vous êtes les derniers survivants de votre espèce, soyez en fier, mais ne le révélez à personne. Parcourez le monde, quand vous serez prêts, je viendrais à vous.

Ce ne fut que la fierté des Dragons qui la tint encore sur ses jambes alors que l'Elfe les amenait loin d'elle, déjà elle se languissait des rires de ses enfants, du regard vif de Bast, de la main d'Amay. Quand elle fut sûre et certaine d'être seule, elle laissa échapper les larmes de la colère, pour son compagnon assassiné, pour ses enfants éloignés. Elle demanda conseil à son père, loin, là-bas dans les montagnes. Ce dernier se décida à agir une dernière fois et il confronta Ymlïr. L'homme hautain crut pouvoir se défaire d'un dragon de plus, mais il oubliait qu'il avait à faire, au plus puissant d'entre tous. Chul'Nolak vint à bout de cet être pitoyable, lui arrachant les entrailles et brulant sa chair. Le mal avait été tout de même fait. Quand le Premier des Dragons se retira du monde, la race avait été décimé, des survivants, il ne restait plus que Sho'Naal et ses deux enfants, oubliés des contes et légendes. Cette dernière s'enferma pour un temps dans le silence et se découvrit de nouveaux pouvoirs, élaborant d'autres, créant la magie même. Bientôt elle put percevoir ses enfants, là-bas, là où ils avaient été emmenés, puis séparés. Eowyn venait la voir de temps à autre, mais la dragonne refusait désormais l'accès à l'Arbre de Vie. Les guerres éclatèrent et l'on supplia la Protectrice d'agir. La dragonne reprit alors pour un long moment sa forme la plus impressionnante, la plus extraordinaire, la plus magnifique, la plus originelle. Elle protégerait le peuple des Elfes quitte à se battre jusqu'à la mort. Et la Mort fut ce qui allait frapper cette dragonne, non pas sur sa personne, mais sur son entourage. Les elfes moururent par milliers, succombant aux attaques violentes des hommes qui avaient découverts leurs point faibles. Si ce n'était par les dragons, ce peuple aux longues oreilles serait exterminés sans autre forme de procès depuis bien longtemps déjà. Elle pouvait être une mère, une protectrice, une amoureuse de la Nature, elle n'avait aucune pitié pour ceux qu'elle incinérait des flammes de son cœur, ni pour ceux qu'elle déchiquetait par ses crocs, ses pointes, ses griffes. Elle était devenu un animal en furie, déchainant les Enfers sur son passage, il n'y avait que bien peu d'hommes qui survivaient face à ses attaques, toujours plus violentes, toujours plus sanglantes et l'Arbre Lieur de Vie fut sauvé ainsi.

La Dragonne vit par la suite un déchirement dans le peuple qu'elle chérissait et protégeait. Elle ne put que rester neutre dans ses actions, ne désirant influencer personne. N'apprenait-on pas par ses erreurs? Elle fut le témoin d'une scission dans le peuple elfique, certains suivirent Féwyn, désireux de détruire les hommes usant de leur magie qu'elle soit bénéfique ou maléfique, les autres continuèrent à suivre le Roi et restèrent ce qu'ils étaient, gardèrent leur technologie. La Race des Longues-Oreilles avaient été décimée et Sho'Naal ne pouvait pas prendre partie, car sa philosophie, malgré l'envie de rester neutre était de donner une chance à tout le monde, quel qu'il pouvait être et malgré tout ce qui avait pu se passer jusque là. Il ne fallut guère longtemps pour que les hommes, dans leur infinie incompétence, ne bataillent entre eux. Des clans, des familles s'étaient fait connaître et désirait le pouvoir sur le reste du peuple humain. D'un certain côté, cela offrit un peu de repos aux Oreilles-Pointues et Sho'Naal trouva son repos dans l'Arbre Lieur de Vie, chassant les chimères imaginaires de sa vie. Un nom pourtant la fit sortir une fois de plus de la forêt d'Elvénia, celui d'un humain qui ne croyait qu'en trop de légendes, qu'à trop de mythes, mais qui par une lame qu'il avait reçu on ne savait comment, se faisait entendre et respecter. Le Seigneur Veitlan, fils de feu-le Roi Laïr, venait d'entacher le Porte-Cauchemar par le sang de ses ennemis. Le cri avait déchiré les plaines aux alentours. La terreur se fit telle qu'encore aujourd'hui, le Royaume de Veitlan est considéré comme maudit et nombreux sont ceux qui l'évitent. Sho'Naal avait assisté à la scène, en tant que témoin muet, songeuse de ce qui allait devenir à présent du peuple des hommes, sentant l'âme de son frère dévorer l'être que l'humain était. Elle put étudier alors le comportement de ces étranges êtres. Ils étaient ambitieux, fourbes, droits, fiers, mesquins, traitres, loyaux, bons. Bien qu'elle les considérait toujours comme une race inférieure, elle comprenait déjà bien mieux leurs émotions, leurs réactions et ce fut avec un nouveau savoir qu'elle revint en ses terres. Pendant ce temps, les deux autres clans humains s'étaient à nouveau déchiré après une harmonie précaire.


Le monde des êtres aux longues oreilles s'était mu au silence préférant rester dans l'ombre et souffrir de l'ignorance des humains. Cela était mieux ainsi et après avoir été témoin de l'avènement de la déchéance des seconds nés du monde, Sho'Naal se retira quelque peu du monde, usant de sa sagesse, de sa témérité pour garder un œil bienveillant sur le peuple qu'elle avait accepté, tout en contemplant les merveilles des humains, car pour dire vrai, elle était tout de même impressionné qu'un peuple aussi primitif puisse accomplir tant de grandeurs. Non seulement, ils s'adaptaient bien plus vite que les elfes aux nouveaux environnements, mais ils innovaient en tout temps et tout lieux, tant et si bien qu'ils s'étalèrent dans toute la contrée, que cela soit dans les collines mais aussi au bord des lacs, dans les forêts comme dans les villes. Elle ne le fit que rarement, mais cela lui prit quelques fois de se mêler à la population, essayant de les comprendre au plus près, prenant la forme la plus humaine qui soit et observant le monde si nouveau. Ces années furent d'un petit répit et permirent au peuple elfique de retrouver leur force d'autrefois, de reprendre du poil de la bête parlant plus grossièrement. Et d'ailleurs en parlant de cette dernière, jamais il ne vint à l'idée des Oreilles Pointues que l'homme put un jour concevoir quelques bestioles horribles dans les cages des bas-fonds des laboratoires. Ils avaient copiés sur leur créateurs, peut-être sans le savoir, peut-être délibérément, mais en fin de compte, ils avaient créé un être bien vivant. Du moins, ils n'avaient pas pu reproduire une vie en elle-même contrairement aux Elfes, mais ils avaient réussi à rendre quelques humains, d'une certaine manière, plus bestiaux. Mais tout ceci était jalousement gardé secret, jusqu'à ce que l'expérience ne réussisse. Sho'Naal, pendant ce temps, restait de nouveau en retrait, observant le monde, comprenant les choses pour ce qu'elles étaient, étudiant les humains et la curiosité se fit une nouvelle fois, car même si elle voulait rester neutre, elle se devait d'en connaître tout les points de vue, aussi prit-elle son temps, se gardant de toute célébrité, pendant encore quelques années.

Puis arriva un jour, aux oreilles de la dragonne une bien sombre nouvelle. Des bêtes, au nombre de cinq furent aperçues aux abords de la belle forêt, celle de ses protégés. Méfiante, pour le moment sans réelle réaction, elle laissa faire les Longues-Oreilles. Ayant retrouvé leur force d'antan, ils pouvaient capturer ou même tuer ces bêtes, n'est-ce pas? Il ne fallut point plusieurs années, mais bien quelques jours avant que les Oreilles-Pointues ne les capturent, ces bêtes-là tombant dans leur filet car s'enfuyant comme si un Diable les pourchassaient vers la forêt elfique. C'était à se demander d'où elles venaient, comment Mère Nature avait pu créer de tels monstres? Ils tuaient, ils semblaient pourtant ne pas êtres des humains. Ce fut à ce moment que les Elfes comprirent, tout comme Sho'Naal que ces cinq bêtes étaient des humains, corrompus par les expériences de leur frères, par les manipulations d'un savant fou. Le peuple de la Forêt se renseigna et découvrir ce qu'ils avaient fait, découvrir la perversité des mortels, la malédiction des Lycans et par on ne sait véritablement quel moyen, ils avaient donc été fait capturés, tous les cinq, dans des cages enchantées par le Mage Elfique, protégées par la puissance des Dragons. Ensemble, ils furent donc présentés devant la dragonne pour une sentence que les Elfes voulaient être finale et fatale. Sho'Naal fut consultée, car elle représentait une figure de sagesse pour eux. L'une des dernières des premiers dragon s'approcha, sans aucune peur, dans la curiosité, dans la fierté. Elle se rendit alors compte de ce qu'ils étaient, véritablement. Ce n'était que des enfants! Un regain de pitié traversa son cœur avant qu'elle ne chassât ses pensées. Méritaient-ils une mort brutale? Est-ce que les Elfes, maintenant qu'ils les avaient capturés, pouvaient les tuer, sans pitié et couvrir leur mains de leur sang? Cela ne serait pas! Une Longues-Oreilles prit la parole, demandant à la sentence appropriée. Mais la Dragonne garda le silence encore de longues minutes fouillant dans les esprits de chacun d'eux ce qu'ils avaient été, ce qu'ils avaient subi et le pourquoi du comment ils en étaient arrivés là. Puis finalement, ce fut d'une voix paisible qu'elle prit la parole, entendue de tous les présents, tous les témoins.

- Non, il n'y aura pas de tuerie ce soir. Ces créatures sont nées de la perversité des hommes, c'est donc à eux d'en disposer. Les mains des Elfes ne seront pas leurs bourreaux. La faute ne revient pas à ces êtres, humains il y a bien longtemps, néanmoins, par les crimes qu'ils ont commis, leur punition sera de s'en rendre compte. Ce sera ensuite à eux d'accomplir ce qui leur semble juste, ou pas. Une malédiction les suivra, où qu'ils aillent, ils pourront trainer les leurs dans leur sillage, dans le monde de leur monde, dans les tourments de leur apparences. Les humains doivent être punis pour ce qu'ils ont fait et ce sont ces cinq lycans qui en prendront alors la charge. Qu'on les relâche.

Joignant les gestes à la parole, elle se laissa emportée par le fleuve que la magie se trouvait être, invisible aux yeux non-avertis, ses mains se joignirent, formèrent un refuge pour la nuit avant que le petit espace ne se mette à briller. Quand la dragonne ouvrit ses mains, dévoilant ses paumes, elle offrit aux cinq lycans originels la part d'humanité dont ils avaient été dépourvu. Sho'Naal avait employé une magie séculaire, des plus anciennes et avait communié avec la nature entière pour retrouver ce qu'ils avaient été, pour leur redonner un semblant d'humanité, pour que la Bête en eux ne soit pas seule en leur âme. Quand ils purent maitriser leur corps, elle ordonna qu'on les libère, il était temps à ces humains torturés de trouver une voie, au travers de leur passé, de leur expérience. Neutre, la survivante des dragons ne pouvait, ni ne voulait les influencer, c'était par les actes que l'on découvrait une personne, ce n'était pas parce qu'un fou laborantin avait transformé des humains qu'il fallait condamner ces derniers. A eux de se faire une place dans le monde. Sho'Naal laissa le temps passer, toujours veillant sur les elfes, sur ses enfants perdus au milieu des hommes, et bien sur observant les humains de loin. Curieuse de ces derniers, elle les considérait toujours comme une race bien inférieure, mais restait dubitative quant à leur évolution. La Nature ne pouvait pas se figer, elle savait que les hommes trouveraient un moyen d'évoluer, alors qu'elle-même resterait spectatrice et que les Elfes seraient surement condamnés à rester tels quels. Ainsi était la vie et elle n'y pouvait rien. Pourtant, pourtant quelque chose dans l'air lui disait qu'il allait se passer de grands évènements. Peut-être pas des bons, peut-être pas des mauvais, mais des grands, pour certain. Il était peut-être temps de retrouver ses enfants, de préparer les Elfes, de rassembler les Lycans ou bien d'ouvrir les yeux aux hommes. Peut-être... Ce n'était qu'une question de volonté... Ce n'était qu'une question de vaillance, de force de caractère. Pouvait-elle lire l'avenir des peuples qu'elle ne le fit pas, laissant le cours des choses filer comme une boule de neige roule sur la pente blanche. Il était temps...


Il était temps de réveiller les dragons...


Dernière édition par Sho'Naal le Jeu 22 Juil - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 10 Juil - 20:36

Et voilà... Normalement, j'ai terminé...

Note: Y'a un problème de chronologie dans le contexte. Tout à la fin, on dit qu'une vingtaine d'année passe entre la capture des Lycans (et le rendu de leur âme) et le temps présent. Du moins, ça, c'est ce que j'ai compris, mais c'est bien écrit vingt ans en tout cas. Alors que dans les Dates Importantes, il ne se passe que cinq ans. Qui a raison? Le contexte ou les dates?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 10 Juil - 23:51

C'est les dates qui ont raisons. Il se passait effectivement une vingtaine d'année entre la malédiction des lycans et la période actuelle, puis on avait raccourci ça ensuite pour que les rois ne soient pas trop vieux. Et ce changement au niveau du contexte a dû passer à la trappe. Du moins, je pense que c'est ça.
J'ai pas le temps de m'occuper de ta fiche (je suis pas chez moi et vu tout ce qu'il y a à lire...) donc je laisse à Veit le bon soin de s'en charger quand il passera par là (ce qui ne devrais pas trop tarder, normalement). Merci pour avoir signalé cette incohérence, en tout cas.

_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Dim 11 Juil - 0:17

Ok, pour le nombre de fois que j'ai relu le truc XD... Je ne pouvais que m'en rendre compte XD.

*fout un coup de pied au derrière de Veit*

Allez, bouge-toi le ..., mon brave et dis moi ce qui ne va pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 17 Juil - 23:28

Eh bien... Il m'aura fallu le temps, mais j'ai enfin pu terminer ta fiche !
J'aime bien ton style d'écriture, et il y a vraiment très peu de fautes. Pour moi, tu as parfaitement cerné le personnage et l'histoire est franchement bien menée... Néanmoins avant de te valider il faudrait que je discute d'un point avec toi :

Citation :
Puis arriva un jour, aux oreilles de la dragonne une bien sombre nouvelle. Des bêtes, au nombre de cinq furent aperçues aux abords de la belle forêt, celle de ses protégés. Méfiante, pour le moment sans réelle réaction, elle laissa faire les Longues-Oreilles. Ayant retrouvé leur force d'antan, ils pouvaient capturer ou même tuer ces bêtes, n'est-ce pas? Il fallut plusieurs années, plusieurs années à se demander d'où elles venaient, comment Mère Nature avait pu créer de tels monstres? Ils tuaient, ils se reproduisaient, ils semblaient pourtant ne pas êtres des humains. Ce fut à ce moment que les Elfes comprirent, tout comme Sho'Naal que ces cinq bêtes étaient des humains, corrompus par les expériences de leur frères, par les manipulations d'un savant fou.

Quand je lis ce passage, ce que je comprends c'est que les elfes capturent les cinq originaux quelques années après leur libération. Or, ils sont attrapés par le peuple des Longues-oreilles pratiquement de suite après s'être échappés des laboratoire, s'étant instinctivement dirigés vers la forêt pour fuir le monde civilisé, puisqu'ils étaient guidés par leur côté animal. De plus, à ce que je sache, les originels ne se sont pas reproduits entre eux. Et comme il faut nécessairement deux parents lycans pour assurer une descendance de la race... D'ailleurs à ce sujet, il aurait été bien que tu précises qu'en se servant de la magie pour redonner leur côté humain à ces cinq là, Sho'Naal leur a également transmis la malédiction qui transformera certains des humains en lycans pour les punir de ce qu'ils ont osé faire. Enfin voillà, ce n'est pas grand chose que tussa par rapport à tout le reste...


_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Dim 18 Juil - 0:57

Hmm... Pour les lycans, j'ai trouvé ça:
Veitlan Asoed a écrit:

Ans 304 à 310 : Grande chasse au Lycan. Tentative - et échec - d'extermination de la nouvelle race.

Pour moi, ça veut dire que les Elfes mettent tout de même 6 ans (d'accord, c'est pas beaucoup par rapport aux Elfes et aux Dragons), à capturer les lycans.

Et dans l'histoire, c'est pas dit que les Elfes les capturent immédiatement non plus...

Je dois suivre ce que tu dis (et à ce moment je corrigerais) ou bien je suis ce que les Dates importantes disent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Dim 18 Juil - 17:24

Les Lycans ont été capturés par les Elfes avant la grande chasse. Puisque c'est à leur retour que la malédiction s'est propagée et que donc les humains ont pleinement pris conscience de leur existence.

Je verrais à reformuler le contexte sur ce point un peu mieux quand j'aurais le temps. Dans mon esprit c'était clair, mais en fait non visiblement o/

_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Mar 20 Juil - 23:50

Je ferais les modifications le plus tot possible, mais j'ai repris le boulot et certains rp passent en priorité. Je vous tiendrais informé donc quand j'aurai tout rectifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Jeu 22 Juil - 22:39

Double post, désolé:

Voilà, j'ai corrigé le paragraphe qui précède les paroles et les paroles en elles-mêmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 24 Juil - 0:45

Tout est parfait comme ça, je te valide donc sans soucis now.

J'sais pas si dans l'immédiat tu trouvera à rp vu ton personnage, mais bon jeu quand même hein \o/

_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 22
Age : 34

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 24 Juil - 21:39

YATTAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

*saute sur son sac à puces préféré et lui roule une pelle*

MICIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

*s'en va se purifier après coup*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yarost Reischter

Sac à puces 1er

Fiche : Didouda '-'
RP :
Messages : 403
Age : 26

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Sam 24 Juil - 22:00

.................................................... O__O

*meurt sur le coup*

_________________
« Personne n’est maître de son sort ; nous naissons, on nous donne un rôle à jouer qui souvent ne nous convient pas et c’est à nous de nous acquitter de notre charge du mieux que nous pouvons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disgraceofchaos.forumactif.com

Messages : 159

MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   Dim 25 Juil - 0:16

Ouuuuuaaaaais trop cowl du pron !

Bon plus sérieusement,n stop flood les gens. Le flood caylemawl, surtout sur une fiche. Bande de mécréants véreux.

_________________
Celui qui se nourrit d'âmes errantes, connaîtra toujours la faim.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sho'Naal [T]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sho'Naal [T]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disgrace of Chaos :: Fiches validées-